Observatoire des media

ACRIMED

Le Parisien contre Messier : une fiction à charge

par William Salama,

Jean-Marie Messier a peut-être ruiné les petits actionnaires mais il n’a pas fini d’enrichir l’édition française et les métiers de communication. Illustration avec l’ouvrage de Jean-René Visavu, auteur mystérieux de Dernier séminaire à Deauville, nouvel avatar en date du " ressort médiatique " [1].

Dernier séminaire à Deauville, chez Albin Michel (groupe Lagardère, cela va sans dire) n’est pas seulement une fiction de plus destinée à tailler un costard à Jean-Messier. Son principal intérêt réside dans son "concept marketing". L’auteur qui se camoufle sous le pseudonyme de Jean-René Visavu (le prénom de Fourtou, et un patronyme proche de Vizzavi le fiasco emblématique de J2M) est vraisemblablement un ancien cadre sup’ déchu de Vivendi Universal [2].

Le Figaro, jouant les caisses de résonance, tente de donner le change avec un article amusé et anecdotique (« Le mystérieux Jean-René Visavu », 13 janvier 2003).

Le cas du Parisien, parce qu’il ne doit a priori rien à Lagardère, permet de s’interroger autant sur l’opiniâtreté du service de presse d’Albin Michel que sur les procédés du quotidien, chantre du coup médiatique. En effet, le lecteur du quotidien, a fortiori s’il est un petit actionnaire lésé, est sollicité d’une bien étange façon.

Dans la rubrique « Votre Economie », parade le 17 janvier un titre sensationnel ("Pouvoir, argent, influence… Messier voulait tout !".) Par cette mise en scène, est produit un nouveau "scoop", non pas strictement éditorial, mais de ceux que Le Parisien, qui se place régulièrement du côté des petits actionnaires ruinés par VU, brandit à chaque développement de l’affaire Messier. Une fiction devient une information, et sa recension émigre de la rubrique "Culture" (à la rigueur...) à la rubrique "Economie".

Car c’est bien du livre de Visavu qu’il est ici question : Visavu qui a accepté « par écrit et en exclusivité, le principe de l’ entretien et dont la crainte est d’être démasqué ». Un "scoop" et un héros, donc...

Mieux : Le Parisien qualifie dans son chapeau de « confession » ce qui n’est qu’une banale interview de l’auteur.

N’en jetez plus !

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Janine et Greg Brémond, " La Liberté d’édition en danger " Le Monde Diplomatique, janvier 2003

[2Le nom de Pierre Lescure circule. L’interessé s’en défend. cf. Paris Match du 22 janvier 2003.

A la une

Mobilisations étudiantes : les éditocrates face au péril jeune

Morgue, mépris et stupeurs des tauliers médiatiques face aux mobilisations des universités

Interview présidentielle : les éditocrates réclament la soupe !

Concert d’éditocrates pour un journalisme d’apparat.

Halte à la loi secret des affaires !

Pétition - Loi sur le secret des affaires : ne laissons pas les entreprises et les banques d’affaires imposer la loi du silence !