Observatoire des media

ACRIMED

Le Monde et InterFranceMédia

par Henri Maler,

Depuis 1999, Le Monde publie régulièrement des suppléments de 8 pages à la gloire de divers pays et, plus exactement, des entrepreneurs et des régimes des pays concernés. Ces suppléments, réalisés par InterMédiaFrance, mériteraient que l’on s’y attarde. On se propose ici, à partir d’extraits du site d’ InterFranceMedia, de résumer

- Ce qu’est InterFranceMedia selon InterFranceMedia
- Ce qu’est Le Monde selon InterFranceMedia.

C’est sans surprises, mais édifiant ...

I. Qu’est-ce qu’ InterFranceMedia... selon InterFranceMedia ?

Auteur des supplément du Monde, InterFranceMédias, sur son site internet [qui, semble-t-il n’existe plus, (août 2010)] dresse [dressait...] la liste de ces inestimables productions :

- 1999 : Ghana, Bulgarie, Kenya, Macao, Argentine, Malaisie, Croatie, Maroc, Roumanie, Afrique du Sud, Tunisie, Egypte, Ethiopie, Mali, Madagascar, Macédoine

- 2000 :Arabie Saoudite, Liban, Moscou, Ukraine, Inde, Mauritanie, Surinam, Malta, Mexico, UEMOA, Venezuela 2000 04/05/00

- 2001 :C.C.G. : Arabie saoudite (Troisième Partie 26/09), Afrique du Sud (14/09), C.C.G. : le Qatar (Deuxième Partie 26/07), Portugal (12/06), Venezuela (Deuxième Partie 18/07), Cameroun (16/05), Grèce (25/04), Venezuela 2001 (23/03), Brazil (24/01).

Ces « grands reportages » sont les « produits » d’une agence de communication et de publicité qui essaie de se faire passer pour une agence de presse.

1. Une agence de communication

InterFranceMédia tente de se faire passer pour une agence de presse.

Ainsi : " Fondée à l’initiative d’une équipe de journalistes expérimentés et de spécialistes en communication, InterFrance Média est une agence de presse à vocation internationale."

Mieux : elle dispose de véritables équipes de journalistes-reporters : " Ses équipes, présentes sur les cinq continents, l’autorisent à mener des enquêtes sur le terrain, au contact des réalités et de ceux qui les vivent et en sont responsables."

Au passage, on apprend que l’enquête de terrain concerne particulièrement ceux qui sont "responsables" des "réalités".

C’est assez dire qu’InterFranceMédia se fait une conception tout à fait singulière de l’enquête. "Animée par l’ambition de proposer une vision différente de l’actualité mondiale", InterFranceMédia nous apprend que "le nouvel ordre mondia" est beaucoup moins figé qu’hier" et reppose sur nouvelles alliances, "avec des zones de plus en plus vastes où les capitaux, les biens et les personnes circulent librement".

Cette "nouvelle donne" a de terrribles conséquences : " Elle contraint ceux qui ont la prétention d’évoluer sur ces marchés mondiaux à s’informer toujours plus sur les réalités internationales. Mais surtout, elle engendre la nécessité impérieuse, pour les pays qui aspirent à un développement durable, de communiquer à l’échelle planétaire. "

Les "décideurs" ont la lourde tâche de s’informer et de communiquer :

- S’informer , c’est à dire "prendre du recul sur les évènements pour mieux les comprendre.". On l’a compris : mépriser les "événements" pour ne s’intéresser qu’aux affaires.

- Communiquer, c’est-à-dire, grâce aux suppléments d’InterFranceMédia, " pour les acteurs du développement d’un pays, accéder à une tribune d’expression libre où ils pourront commenter, avec leurs propres termes, leurs différents projets et activités. "

On se doute que l’information fournie à de tels destinataires n’est pas quelconque. Le "Journalisme" d’InterFranceMédia "suppose un travail de fond, au-delà de l’actualité, pour collecter l’information à sa source et la replacer dans son contexte".

Car, voyez-vous, " InterFrance Média s’accorde le temps nécessaire à une immersion en profondeur dans une zone géographique, un secteur économique, un pays, une de ses régions ou une de ses entreprises.". Curieux cà, une "immersion en profondeur" qui atteint presque exclusivement les conditions d’investissement. Il faut dire,que " Ce recul indispensable lui permet de discerner les derniers changements, les futures orientations et les nouvelles opportunités". Par Zeus ! Quelles "opportunités" ?

C’est ce que permet de mieux saisir le résultat de "l’immersion en profondeur" :
"Le résultat de cette démarche, c’est d’abord un dossier d’information complet. Etayé par des entretiens exclusifs et des portraits de décideurs économiques ou politiques, sa crédibilité repose sur la diversité des opinions recueillies.(...) Illustré des gros plans permettant une meilleure appréhension, le reportage dresse un panorama précis du sujet et guide à la fois ceux qui désirent en savoir plus sur le pays et les entrepreneurs et investisseurs potentiels. "
Que de contorsions pour arriver là ...
Encore faut-il que les "décideurs", interviewés et portraiturés y trouvent leur compte ...
La communication avoue enfin son véritable objet : la publicité.

2. Une agence de publicité

"Pour les principaux acteurs du développement et du processus d’intégration de leur pays il [le dossier d’information] représente une tribune libre où s’exprimer et contribue à améliorer leur visibilité internationale."

Autrement dit : " Ce dossier, c’est aussi la possibilité pour les entreprises de diffuser leur image à travers la publicité. Les reportages d’InterFrance Média, avec leur public ciblé, créent un environnement dans lequel la publicité acquiert une valeur ajoutée. En effet, conjuguée à un contexte éditorial pertinent, elle en est le complément naturel pour avoir une vision d’ensemble d’une nation et de ses réalités. La qualité et la quantité de cette publicité sont des indices qui démontrent la volonté d’un pays d’attirer l’attention de la communauté mondiale des affaires. Nos suppléments, présenté en 2ème cahier du journal Le Monde, sont disponibles dans tous les kiosques, hôtels, gares et aéroports. "
Ouf !

II. Qu’est-ce que Le Monde pour une agence comme InterFranceMedia ?

1. Le quotidien de référence des décideurs

Un quotidien de " portée internationale", "le plus lu et le plus influent des journaux hexagonaux à l’étranger" , l’un des six meilleurs journaux mondiaux ... "d’après une enquête réalisée auprès de 1000 décideurs dans 50 pays".

Ou encore :
" - Premier quotidien français en termes de diffusion et de circulation
- 2,18 millions de lecteurs autour de la planète
- 58,5 % des leaders d’opinion français le lisent régulièrement
- 41 % de ces mêmes leaders d’opinion le choisissent comme tribune pour s’exprimer
- Un décideur sur trois est influencé par ses articles"

Et enfin :
"Son lectorat de haut niveau, attentif et compétent, représente un atout maître pour les pays émergents désireux, à travers le supplément d’InterFrance Média, d’affirmer leurs visées internationales."

Or justement, le journal des décideurs, c’est aussi :

2. La voix de la France dans le monde

" Le Monde véhicule tout autour de la planète l’image d’une France pilier de l’Union européenne et membre du G-8, qui se place désormais dans le peloton de tête des grandes puissances grâce à son poids politique et diplomatique grandissant. Une France riche de son brassage ethnique et culturel, qui propose de nombreux programmes de coopération dans des domaines aussi variés que l’éducation, la santé, les sciences ou la formation. Une France forte d’une économie portée par un marché de 60 millions de consommateurs et, grâce à qui l’implantation de ses grandes entreprises, figurent hors de leurs frontières au quatrième rang des investisseurs en capital. "

Ou encore :
"Le journal Le Monde, fleuron de la presse française respecté de tous et qui, à l’instar de la quatrième puissance économique mondiale, véhicule partout des valeurs humanistes." Prudente, en raison de la nature des régimes des pays qui sont ses clients, notre officine se garde bien de parler de valeurs "démocratiques"..

Résumé : Le Monde "véhicule" la puissance économique et les valeurs humanistes, d’abord à destination des décideurs. Ce n’est pas Acrimed qui le dit, mais un excellent enquêteur : InterMédiaFrance.

H.M

 
  • Enregistrer au format PDF

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.