Observatoire des media

ACRIMED

La presse selon Dassault (1) : un jour viendra...

L’industriel de l’armement Serge Dassault a pris en mars 2004 le contrôle de la Socpresse, un des principaux groupes de presse écrite en France, avec quelque 70 titres dont quelques fleurons de la presse dite d’ " information générale " [1]. Or, lors d’une émission de LCI fin 1997, il avait exposé sa conception pour le moins singulière du rôle de la presse.

(Mon groupe doit) " posséder un journal ou un hebdomadaire pour y exprimer son opinion " et " peut-être aussi répondre à quelques journalistes qui ont écrit de façon pas très agréable. " [2]

" J’en ai assez de me faire insulter dans un certain nombre de journaux, parce qu’il y a des gens qui sont incompétents et qui ne connaissent pas les vrais problèmes. Donc, je veux pouvoir répondre. "

(A propos de son échec dans le rachat de L’Express, en 1997) :

(Je ne pouvais pas) " intervenir dans la rédaction (...). Je ne voulais pas intervenir tous les jours, mais je souhaite faire peut-être un jour un journal libéral. " [3]

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Le Figaro, L’Express, Presse Océan, La Voix du Nord, Le Progrès, Le Dauphiné, Le Bien public...

[2LCI, novembre 1997, selon Le Monde diplomatique (nov.03) - 21 octobre 1997, selon PLPL.
L’AFP (11/03/04), reprise par Le Monde (11/03/04), produit une déclaration différente sur la forme mais non sur le fond, qu’elle situe toujours sur LCI, mais en 1999 : " Pour moi, c’est important d’être propriétaire d’un journal pour exprimer mon opinion, mais aussi pour répondre à quelques journalistes qui ont écrit n’importe quoi. ". Mais le 13 mars 04, Le Monde opte pour la version que nous avons retenue...

[3LCI, 1997 (cité par Le Monde, 13/03/04).

Servitude volontaire de la presse (et de l’État) face aux géants du numérique

Comment Google, Facebook, SFR (et quelques autres) dévorent l’information.

« C à vous » : cuisine entre amis sur le service public

Quand un « talk-show » de la télévision publique permet à son producteur de promouvoir ses autres émissions.

Regards croisés sur la situation des médias en Algérie et en Égypte (vidéos d’un Jeudi d’Acrimed)

Avec Hacen Ouali (El Watan) et Julien Salingue (Acrimed).