Observatoire des media

ACRIMED

La colère de Jean-Luc Mélenchon et sa médiatisation

par Henri Maler,

Le 19 mars 2010, à deux jours du deuxième tour des élections régionales un étudiant en journalisme, Félix Briaud, aborde Jean-Luc Mélenchon qui distribue des tracts avec ses amis du Front de gauche sur un marché du 12e arrondissement de Paris et l’interroge. Dix jours plus tard une vidéo, extraite de cet « entretien », est diffusée sur la page Dailymotion de l’école de journalisme : elle montre une engueulade au cours de laquelle, c’est le moins que l’on puisse dire, la colère de Jean-Luc Mélenchon ne lui inspire pas une analyse particulièrement subtile des médias – « métier pourri » - et un comportement particulièrement affable – « petite cervelle » – à l’égard de l’apprenti journaliste.

Et la quasi-totalité des médias de dénoncer les insultes proférées contre cet apprenti et contre l’ensemble de la corporation. Soit. Mais encore ?

Est-il possible de laisser de côté, ne serait-ce que provisoirement, les accords ou les désaccords avec le Parti de gauche, de mettre entre parenthèses la sympathie ou l’antipathie que l’on peut éprouver pour Jean-Luc Mélenchon et son attitude,… et de regarder la vidéo et sa diffusion d’un autre œil ?

Un professionnalisme exemplaire ?

Par un paradoxe qui ne peut étonner que les naïfs, en accordant une importance disproportionnée à cette altercation, le chœur des indignés a confirmé que le privilège accordé à « ce qui fait polémique » et même, de préférence, à ce qui « fait scandale » guide nombre de priorités éditoriales. Évidemment, Gala ne pouvait pas manquer une telle occasion [1] !

Mais surtout, en présentant les faits d’une façon tronquée et biaisée, la plupart des journalistes qui ont commenté « l’événement » ont offert des arguments supplémentaires à la critique de leur professionnalisme… et de leur corporatisme.

- Ont-ils essayé de compléter leur information en interrogeant Jean-Luc Mélenchon ou bien ont-ils eu la naïveté (et la paresse) de croire que les images et la séquence parlent d’elles-mêmes ? La réponse est dans la question.

- Ont-ils essayé de resituer l’extrait de la vidéo dans son contexte (le cadre de la tentative d’interview, les échanges précédents l’altercation) ? Ont-ils demandé à visionner l’ensemble de l’enregistrement ? Que nenni. Pourtant Félix Briaud lui-même a déclaré : « Cette scène clôt cinq minutes d’interview où je lui ai notamment posé des questions sur les listes d’union avec le PS et le reste de la gauche ainsi que sur l’abstention. [2] »

- Ont-ils correctement résumé la vidéo et restitué les motifs, légitimes ou pas, de la colère de Jean-Luc Mélenchon ? Réponse négative, une fois encore. Par exemple, la plupart des indignés se gardent bien de souligner que Mélenchon a explosé quand l’étudiant en journaliste a voulu l’entraîner à parler des « maisons closes », alors qu’il venait précisément de prendre cette question comme un exemple de journalisme racoleur [3].

- Ont-ils recueilli d’autres témoignages que celui de l’étudiant en journalisme, notamment sur les raisons et les conditions de la diffusion de cette vidéo ? Certainement pas. Certains se sont bornés à reproduire les déclarations de Félix Briaud, selon lesquelles il a attendu la fin de la campagne pour ne pas la polluer [4].

Ce dernier point est le plus inquiétant de tous. En effet, l’Express.fr expliquait : « Au-delà du caractère anecdotique du violent et injurieux coup de gueule de l’élu, cette vidéo a un double objectif pour l’école de journalisme de Sciences-Po Paris. Il s’agissait, dans un premier temps, de montrer que ce ne sont pas les journalistes qui poussent à la petite phrase. C’est en effet Mélenchon seul qui s’y adonne, sans y être poussé par le jeune journaliste. Deuxièmement, la diffusion ultra-rapide de cet extrait devait montrer aux étudiants quel format de vidéo fonctionne sur Internet. [5] »

On aurait pu s’attendre à ce que des journalistes attachés à la défense de leur professionnalisme vérifient cette information, et que, si elle est vérifiée, ils la mentionnent [6] : elle en dit ou en dirait fort long sur ce que l’on apprend à la future élite du journalisme.

Dans tous les cas, on est en droit de se demander quel crédit on peut accorder à des journalistes quand ils dépendent à ce point d’une source dont ils ignorent les objectifs : un exemple bénin mais qui en rappelle beaucoup d’autres qui le sont beaucoup moins, notamment par temps de guerre.

La vidéo, sinon rien ?

Rares sont les médias qui ont invité Jean-Luc Mélenchon à s’expliquer sur ses propos et sur son attitude. Presque aucun ne l’a fait avant de diffuser la vidéo. Et très peu ont accordé à l’accusé un quelconque droit de réponse.

Quotidien vespéral de référence, Le Monde a inséré quelques phrases de Mélenchon dans un article entièrement à charge [7]. Seuls, parmi les « grands médias », Libération, Canal Plus et France 5 ont donné effectivement la parole au député pris en flagrant délit de colère.

Or les réponses de ce dernier n’ont fait l’objet, à de très rares exceptions près [8], d’aucune reprise dans les médias qui s’étaient précipités goulument sur la vidéo : un mutisme qui équivaut à une véritable censure.

En revanche, on a pu entendre Xavier de Moulins, incontournable chroniqueur de l’émission « l’incontournable » sur RTL, pérorer le samedi 3 avril sur « le buzz de Jean-Luc Mélenchon » (comme si ce dernier en était lui-même l’auteur) : une énième descente en flamme du député européen, sans aucune mention des explications de celui-ci [9] Et l’on a pu lire (enfin !) un éditorialiste qui n’avait pas encore eu l’occasion de s’insurger le dimanche 4 avril dans La Voix du Nord sous le titre « Le délicieux Monsieur Mélenchon » : « l’indignation lui tient lieu de pensée ». C’est Jean-Michel Bretonnier qui parle, non de lui-même, mais de Mélenchon.

Pourtant ces explications du président du Parti de gauche méritent qu’on s’y arrête. En proposant en annexe des extraits de l’interview accordée à Libération et une transcription intégrale de l’émission « C à dire » sur France 5 (dont la vidéo est en ligne sur le blog de Mélenchon), nous conservons des traces de ce qui fut dit dans ces médias… Et sur Canal Plus, dans l’émission « Le Grand Journal » dont voici de larges extraits [10]



Manifestement, comme ce fut le cas pour Vincent Peillon [11], si l’on reçoit Jean-Luc Mélenchon, c’est d’abord pour lui demander de s’excuser ou de formuler des regrets. Évoque-t-il le journalisme précaire ? C’est motus et bouche cousue autour de la table. Formule-t-il une proposition ? C’est l’incrédulité qui prévaut. Critiquer les médias dans les médias ? Vous n’y pensez pas…

Quelles que soient les réserves que peuvent inspirer l’extrême personnalisation de cette critique par Mélenchon lui-même, quelles que soient ses lacunes ou ses incohérences [12], quelles que soient les limites des premières propositions présentées, il n’en demeure pas moins que cette contestation des médias dans les médias mériterait d’être entendue et adossée à une contestation collective.

Ne rien entendre, ni la critique ni la colère ?

Que reste-t-il finalement du tintamarre orchestré autour de la vidéo ? La presse outragée, la presse martyrisée, mais la presse libérée ?

Plutôt que d’exercer correctement leur métier à l’occasion de la diffusion de l’altercation, les journalistes qui l’ont commentée ont préféré, à de rares exceptions près [13], répondre par des leçons de morale à l’intention de Jean-Luc Mélenchon, dont le comportement aurait été incompatible avec celui d’un responsable politique.

Plutôt que de s’interroger sur la contestation croissante dont ils font l’objet de la part de nombreux acteurs collectifs, ils ont préféré amalgamer toutes les critiques qui les visent de la part de responsables politiques [14] et se demander si cette « mode », selon le terme plusieurs fois employé par Thierry Guerrier dans l’émission « C à dire », sur France 5, ne menaçait pas leur indépendance.

On pourrait sans doute plaider en faveur de nos indignés, en soutenant que la colère est mauvaise conseillère et que la critique serait plus efficace à condition de mesurer son expression. Seulement voilà : de quelque façon que s’exprime la contestation des pratiques journalistiques, c’est généralement une fin de non-recevoir qui lui est opposée :
- quand elle emprunte la voie d’une critique interne, mais publique, comme le font certains syndicats de journalistes, la contestation n’est qu’exceptionnellement médiatisée ;
– quand elle prend la forme d’une critique externe, quels qu’en soient le contenu et le registre, les gardiens de la corporation n’acceptent que les analyses qui ne dérangent pas ses habitudes.

Les critiques qui ne se bornent pas à relever des erreurs ou des « dérapages » mais qui, en les rapportant aux conditions générales d’exercice des métiers du journalisme, observent l’ensemble des pratiques journalistiques sont, au mieux, passées sous silence. Le froid examen des sociologues n’est toléré qu’à la condition qu’il épouse les mythes de la profession. Sinon c’est « du bourdieu », « du marx » ou « du chomsky », tous trois devenus les noms communs de toutes les détestations. Quant aux essais, s’ils sont un tantinet polémiques, quand ils ne provoquent pas de hauts cris d’indignation, ils ne bénéficient d’aucun compte rendu. Ni leurs auteurs, s’ils haussent le ton, ni Acrimed évidemment, ne peuvent se faire la moindre illusion s’ils espèrent être entendus par les sommités du journalisme.

Ces résistances peuvent paraître banales : les journalistes ne diffèrent pas, de ce point de vue, d’autres professions. Mais à la différence d’autres professions soumises à la critique publique (et notamment journalistique), les journalistes (ou du moins les préposés aux commentaires) détiennent collectivement un quasi-monopole de la médiatisation des critiques du journalisme. Et cela change tout ! Avec cette conséquence : non seulement il ne faut pas se laisser intimider par ce monopole, mais il est de l’intérêt général de tenter par tous les moyens (ou presque…) de le briser, au sein et en dehors des médias dominants.

Collectivement.

Henri Maler
- Documentation réunie avec Laurent L., Michel D., Marcel C., Frantz Peultier – Transcription de « C à dire » par Denis Perais – Réalisation de la vidéo : Ricar.


Annexes

- La transcription de « C à dire » (France 5, 1er avril 2010)
- L’interview de Libération
- Le journalisme en action (les articles et émissions consultés)

I. Transcription de « C à dire » (France 5, 1er avril 2010)

Réalisée par Denis Perais pour Acrimed. Merci de mentionner la source si vous la reproduisez.

PDF - 77.7 ko

II. L’interview de Libération (mise en ligne le 2 avril 2010 à minuit)

Reproduite presque intégralement en guise de droit de réponse de Mélenchon. Retirée immédiatement si Libération ou l’auteur l’exige.

« C’était une engueulade ! Pas une interview ! »

Questions à Jean-Luc Mélenchon, leader du Front de gauche, par Lilian Alemagna

[…]

- Vous vous êtes dit « piégé » et parlez de « chef-d’œuvre de manipulation ». N’exagérez-vous pas un peu ?
- Dans une polémique, on force le trait. Ceux qui s’attaquent à moi ne se privent pas de le faire. Nous n’étions pas dans le cadre d’une interview. Le jeune était un étudiant en journalisme, pas un journaliste. J’ai appris après la diffusion de la vidéo que l’école de journalisme de Sciences-Po, à laquelle il appartient, voulait faire la démonstration qu’un homme politique n’a pas besoin d’être incité pour faire des petites phrases. C’est une manipulation et j’ai servi de produit d’appel.

- Cela veut dire que vous n’auriez pas réagi comme ça avec un journaliste professionnel ?
- C’était une engueulade ! Pas une interview ! Vous ne haussez jamais le ton vous ? Dès qu’on parle comme tout le monde, ça choque. Et lorsqu’on touche aux médias, le réflexe corporatiste se met en route.

- « Sale corporation voyeuriste et vendeuse de papier », « métier pourri », c’est un peu violent, non ?
- Encore une fois il faut remettre ça dans le contexte d’une engueulade ! Sur un parvis, en fin de campagne… Mon opinion sur les journalistes, je l’ai expliquée plusieurs fois. Je demande à être jugé sur ce que j’écris, pas sur une altercation.

- Vous dénoncez le système médiatique, mais vous ne refusez pas d’aller au Grand Journal de Canal +, comme hier soir…
- Je suis anticapitaliste et je vais au supermarché. Je suis écologiste et je monte dans une voiture. Je suis contre la Ve République et j’ai été sénateur… J’utilise les armes et les failles du système médiatique pour le combattre. À l’arrivée, je veux utiliser cette polémique pour déclencher une bataille politique à propos des médias.

- Une « libération culturelle des médias », comme vous dites ?
- Il faut cesser d’avoir peur des médias. Beaucoup d’élus ne les critiquent plus de peur d’être ostracisés, comme l’a été Vincent Peillon. Il faut provoquer une insurrection civique à l’intérieur et à l’extérieur de la profession. Par exemple : les gens qui payent la redevance doivent faire valoir leurs droits, notamment en élisant le patron de France Télévisions. Il faut assurer la stabilité sociale des journalistes. Est-ce normal que 50 % des nouvelles cartes de presse concernent des gens qui n’ont pas de CDI ? Ils sont automatiquement plus dociles car précaires. Et puis les conditions de travail de la profession empêchent de faire du bon journalisme et poussent vers le sensationnel. Il faut que les exigences éthiques et morales retrouvent du terrain dans ce métier.

III. Le journalisme en action

Voici les articles et les émissions que nous avons lus ou entendus - Attention, nombre de liens sont dégradables ! - La liste sera complétée dès que possible. Ajoutés le 7 avril : *

- * Le Blog de Guy Birenbaum, 30 mars, 8h08, « Jean-Luc Mélenchon, la “sale corporation voyeuriste et vendeuse de papier”, les “sujets de merde” & le “métier pourri”… »
- * France Info (1), 30 mars, chronique « Le bruit du net », à 7h27 (et ?) « Mélenchon s’énerve contre un journaliste, Laurence Parisot néglige son blog, Google Earth dominera le monde en 2090, par David Abiker et la rédaction multimédia
- Arrêt sur images (Gilles Klein), le 30 mars : « Mélenchon et la "petite cervelle" des journalistes ».
- Ouest France, le 30 mars : « Mélenchon insulte un jeune journaliste ».
- * Marianne.fr, 30 Mars, à 14h00, « Mélenchon, rageur, trollé mais vaillant ! », par Bénédicte Charles
- Public Sénat, le 30 à 19 h 01 : « Quand Mélenchon traite un étudiant en journalisme de “petite cervelle pourrie” » [lien périmé - août 2010]
- L’Express, le 30 à 15 h 47 : « Mélenchon ne parle plus qu’aux "talibans professionnels" ».
- Le Nouvel Obs.com, le 31 à 1 h 25 : « Quand Mélenchon insulte un étudiant en journalisme ».
- * France Info (2), 31 mars, chronique « Le bruit du net » à 7h27 et 9h20, « Le ramdam Mélenchon, la défense du heavy metal à l’Assemblée » par David Abiker et la rédaction multimédia
- Arrêt sur Images (Daniel Schneidermann), le 31 à 9 h 15 : « Mélenchon et l’apprenti-journaliste ».
- La Voix du Nord, le 31 à 17 h 25 : « Mélenchon s’en (re)prend aux journalistes, la Toile s’enflamme ».
- Blog.lexpress.fr, 31 mars à 19 h 45 : « A taliban professionnel, taliban et demi... », par Eric Mettout.
- * France Info (3), 31 mars, chronique, « Le rendez-vous des bloggeurs », à 22h20 : « Le retour du "cass’toi pauv’con !"... » par Olivier Emond.
- Slate.fr, le 1er avril : « Jean-Luc Mélenchon méprise les journalistes, les prostituées et les gens en général ».
- Le Monde, 1er avril à 14 h 07, paru le 2 : « Enquête : Politiquement insultant ».
- Libération, le 1er avril (extrait en ligne), interview : « Mélenchon : “Vous ne haussez jamais le ton, vous ?” »
- Libération, le 2 avril, interview : « C’était une engueulade ! Pas une interview ! »
- Paris Match.fr, le 1er avril : « Mélenchon charge les médias sur France 5 ».
- *France Info (4), 1 avril, 18h57 et 20h27, chronique « A première vue » « Merci, camarade Mélenchon » par Patrice Bertin, conseiller spécial du président de Radio France.
- Gala.fr, 1er avril à 19 h 34 : « Mélenchon pète un plomb ».
- Le Bien public, le 2 avril : « Noms d’oiseau », par Philippe Alexandre.
- La Voix du Nord, dimanche 4 avril à 5 h 05 : « Le délicieux Monsieur Mélenchon », par Jean-Michel Bretonnier.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Sous le titre : « Mélenchon pète un plomb », mis en ligne le 1er avril, on peut lire notamment : « Certes, le métier n’est plus ce qu’il était [puisque c’est Gala qui le dit !]. Malheureusement pour Mélenchon, les politiques ne peuvent plus être grossiers sans que tout le monde en soit témoin. »

[2« Colère de Mélenchon, les révélations du journaliste », sur le site d’Agoravox.

[3Un seul exemple. Sous le titre, « Quand Mélenchon insulte un étudiant en journalisme » voici ce que l’on pouvait lire sur le site du nouvelobs.com : « Abordant de sa propre initiative le fait que le Parisien a fait sa Une sur une éventuelle réouverture des maisons closes deux jours après les élections régionales, et reprochant à cette "sale corporation voyeuriste et vendeuse de papier" de ne pas parler de "choses intelligentes", le chef du Parti de Gauche accuse ensuite le journaliste, de vouloir lui poser des questions sur ce même sujet. » Or ce n’était pas le « sujet ». Une telle présentation laisse entendre que Mélenchon a refusé de répondre sur une question qu’il avait lui-même abordée, alors que ce n’est pas la « Une » prise pour elle-même qui était en question : ce n’était qu’un exemple des priorités éditoriales après une élection marquée par un taux d’abstention record. Cela dit, si la remarque générale Mélenchon était pertinente, l’exemple choisi était, en l’occurrence, mal daté et peu convaincant puisque Le Parisien avait titré les jours précédents sur l’abstention.

[4Avec cette précision, publiée par Agoravox : «  S’il s’était excusé je n’aurais pas publié cette vidéo. Ce n’est pas une vengeance, mais je considère que c’est une personnalité publique qui a une responsabilité.  »

[6Comme Jean-Luc Mélenchon n’a pas manqué de le faire lorsqu’il a eu l’occasion de s’expliquer.

[7Voici ce que l’on peut lire dans l’article d’une page : « Politiquement insultant », mis en ligne le 1er avril : « Interrogé par Le Monde, mercredi 31 mars dans la soirée, M. Mélenchon semble blessé par cette affaire : "Il en restera quelque chose qui m’aura abîmé et atteint." Puis jure cinq minutes plus tard n’avoir jamais prononcé cette phrase [laquelle ?] Il raconte avoir été journaliste - "J’y aurais passé ma vie si j’avais eu le bonheur d’être embauché", puis fustige une profession qui est "la bienpensance sur pattes". Il demande à relire ses propos, puis dira qu’il n’en a pas le temps. Il s’insurge contre le fait d’avoir été "montré de façon dégradante", puis argue du fait qu’il était fatigué. Et finit, plein d’amertume et de contradictions, par renvoyer à son blog. »

[8Parmi ces exceptions… Paris Match.fr dans un résumé mis en ligne le 1er avril : un montage d’expressions sorties de leur contexte et entièrement à charge, intitulé « Mélenchon charge les médias sur France 5 ».

[9C’est encore audible, si l’on peut dire, ici.

[10Nous avons abrégé la « petite question » qui retournait contre Mélenchon les expressions de sa colère.

[12Par exemple, présenter Eric Zemmour (comme l’a fait Mélenchon dans « 17 h Politique sur i Télé, le dimanche 28 mars), comme un « brillant intellectuel » qui aurait dit une « bêtise » (justifier les contrôles au faciès en affirmant que « la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes »), mais qui « comme tous les intellectuels », serait simplement « têtu comme une mule », c’est faire bien peu de cas de sa fonction politique et médiatique. En échange, Eric Zemmour a pris la défense de Mélenchon dans l’émission « On n’est pas couché », le 3 avril…

[13Références à suivre…

[14« Il n’est pas le premier à entretenir des relations tendues avec la presse. Ni le dernier à surfer sur le désamour entre le public et les médias. » C’est ce que l’on peut lire dans Le Monde, qui multiplie les exemples sur le premier point, mais ne donne aucune précision sur ce « désamour ».

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.