Observatoire des media

ACRIMED

L’excitation des médias devant les courbes affolantes des sondages

Dans "Le Canard enchaîné"

[...] Ce détonant sondage occupait toute la une de Libération du 22 mars. Selon la question posée par Louis-Harris, 75 % des Français ne feraient pas la différence entre les programmes de Chirac et de Jospin [1]. Le même jour, une enquête de CSA accaparait, elle aussi, la première page du Parisien plus toute une page intérieure. Cette fois, il ne se trouvait plus que 57 % des sondés pour juger identiques les projets du Président et du Premier ministre.

Ces deux coups de sonde ont été abondamment commentés par les autres journaux, radios et télés. Mais pratiquement aucun confrère n’a souligné le contraste entre ces études jumelles. Pourtant, 18 % de différence représentent 7,2 millions d’inscrits sur les listes électorales...

Le sondage prendrait-il, pour attirer le lecteur, la place qu’occupaient naguère les photos de beautés dévêtues ? Possible, même si les courbes ne sont pas les mêmes. En mars, pas moins de 26 enquêtes d’opinion ont orné la une des quatre premiers quotidiens nationaux, Le Parisien, Le Monde, Le Figaro et Libération.

Les hebdos (L’Express et Le Journal du dimanche avec l’Ifop, Le Point avec Ipsos, Paris Match avec BVA, etc.), tout aussi voraces, en ont pour leur part publié une bonne vingtaine.

Précision : depuis le début de l’année, les six instituts n’ont produit « que » 42 sondages politiques. Mais chacun d’entre eux peut faire le bonheur de plusieurs organes de presse grâce à la vente des réponses aux questions annexes. Exemple : vote des médecins, qualité de la campagne, candidats face à l’insécurité, etc.

J.-F. J.

- La totalité de l’article sur le site de Transnationale (lien mort, 14 mars 2010)

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.