Observatoire des media

ACRIMED

« L’Internet n’est pas une banque d’images gratuites ! » (SNJ)

Nous publions ci-dessous, sous son titre original, un communiqué du SNJ. (Acrimed)

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, vient d’interpeller la direction de Publihebdos – plus gros groupe français d’hebdomadaires régionaux – à la suite de l’utilisation frauduleuse, par Le Courrier de Mantes, d’une photo d’agence représentant Isabelle Adjani lors de la cérémonie des Césars.

Le Courrier de Mantes n’entendait pas payer les droits de reproduction liés à cette image produite par l’agence de presse Abaca.

Bien que répréhensibles, de telles pratiques sont hélas répandues, notamment dans nombre de titres de la presse régionale.

Le SNJ a rappelé à la direction du groupe Publihebdos que dans la législation française, les droits d’auteur sont inaliénables. Google Images n’est pas une banque de photographies gratuites dans laquelle on pourrait, ni vu ni connu, piocher à volonté. Il lui a demandé de renoncer définitivement à ces pratiques.

A une époque où les revenus des photojournalistes pigistes baissent continûment, où nombre d’entre eux se voient contraints d’abandonner la profession faute de pouvoir en vivre et où des agences photos disparaissent, le SNJ est moins disposé que jamais à tolérer de tels abus.

Toute la profession doit avoir conscience que c’est l’exercice même du photojournalisme qui se trouve aujourd’hui menacé.

Toute la profession doit être consciente que le traitement par l’image est un élément fort de la qualité de l’information et chacun doit donc se mobiliser pour sa survie.

Paris, le 28 avril 2011

 
  • Enregistrer au format PDF

« L’interview éco » de France Info : service public ou service patronal ?

L’économie (presque) sans syndicat et sans économiste, sans salariés, sans artisans, sans professions libérales et sans… pluralisme !

Mathieu Gallet condamné à un an de prison avec sursis : mais que fait le « comité d’éthique » de Radio France ?

Un « comité d’éthique » discrédité peut-il défendre un président discrédité ? Et réciproquement ?

Violences faites aux femmes : le festival des éditocrates réactionnaires

« On ne peut plus rien dire » mais on le dit quand même, et on le dit partout.