Observatoire des media

ACRIMED

L’Agence France Presse

La présentation de l’Agence France Presse que nous proposons ci-dessous est destinée à une « Audition libre » d’Acrimed qui se tiendra le 23 février à Paris. Voir : L’AFP en danger... Quel projet pour l’AFP ?

Principales sources : Le site de l’AFP - Wikipedia (article « Agence France Presse ») - La Loi portant statut de l’AFP

Cette présentation sera précisée ultérieurement. (Acrimed)

L’AFP est la plus ancienne agence de presse au monde. Elle est héritière de l’Agence Havas, fondée en 1835 par Charles-Louis Havas (commerçant, fournisseur des armées de Napoléon, ruiné en 1815) qui organise un « Bureau de traduction des journaux étrangers ». Très proche des pouvoirs qui se succèdent, l’agence couplera son activité « information » avec le développement d’un secteur de publicité. Ce sont des journalistes membres de la Résistance qui, à la Libération, lui ont donné son nom actuel.

- Voir « Quelques dates-clé », sur le site de l’AFP

« Les agences de presse sont les principales bases d’information des journalistes. L’" agencier " est un journaliste de l’ombre, confronté à de sévères exigences : vérification et citation des sources, neutralité du ton, rapidité du traitement de l’information. La réputation d’une agence de presse tient au respect de ces critères. » Extrait du guide pédagogique de l’émission consacrée à l’Agence France Presse dans la Série : Les dessous des médias du CNDP-CRDP.

Statut et mission

L’AFP, d’abord établissement public à sa création en 1944, est dotée d’un statut particulier défini par la loi du 10 janvier 1957. Ce statut est destiné à garantir - en principe - son indépendance à l’égard des pouvoirs publics et de tout autre groupement idéologique, politique ou économique.

- Voir, sur le site de Légifrance, la « Loi portant statut de l’agence France-Presse

L’AFP est « un organisme autonome doté de la personnalité civile et dont le fonctionnement est assuré suivant les règles commerciales ». Sa mission est « de rechercher tant en France qu’à l’étranger les éléments d’une information complète et objective » et de les « mettre à la disposition des usagers ». Le Conseil d’État, dans un avis du 10 juin 2004 relatif au Statut juridique du siège de l’Agence, la considère comme un organe de droit privé sui generis.

L’AFP est gérée par un conseil d’administration de 16 membres :
- 8 représentants des directeurs d’entreprises françaises de publication de journaux quotidiens
- 2 représentants du personnel de l’AFP
- 2 représentants de la radiodiffusion-télévision française
- 3 représentants des services publics : le Premier Ministre, le Ministre de l’Économie et des Finances et le Ministre des Affaires Étrangères nommant chacun un représentant.
- Le Président Directeur Général, choisi par le Conseil d’Administration en dehors de ses membres, élu par au moins 12 voix pour un mandat d’une durée de 3 ans renouvelable.

La loi de 1957 a également institué un conseil supérieur de 8 membres, qui veille à l’accomplissement par l’AFP de la mission qui lui est impartie par ses statuts. Ce conseil est susceptible de recevoir des plaintes des usagers ou des professionnels, et de sanctionner le PDG.

Une commission financière, composée de deux membres de la Cour des comptes et d’un expert désigné par le ministre de l’économie et des finances, surveille sa gestion financière.

Son statut particulier l’autorise à ne pas avoir de directeur de la publication. Elle échappe donc au système classique de la responsabilité pénale prévue par la loi de 1881 sur la liberté de la presse.


Organisation et activités

Le siège de l’AFP est à Paris.

L’Agence dispose d’un réseau de 110 bureaux dans 165 pays regroupés en cinq grands centres régionaux : Washington DC (Amérique du Nord), Hong Kong (Asie-Pacifique), Montevideo (Amérique latine), Nicosie (Moyen-Orient), Paris (Europe et Afrique).

Le réseau régional français, sous la supervision d’un responsable des bureaux France qui assure la Coordination générale a été organisé en 7 bureaux régionaux : Bordeaux , Lille , Lyon, Marseille, Rennes, Strasbourg, Toulouse

L’AFP dispose enfin de plusieurs filiales : AFX News (Services d’informations financières) ; AFP GmbH (Services en allemand de l’AFP) - Sport-Informations-Dienst (SID) (Services sports en allemand) - Fileas (Diffusion de données par satellite, avec France Câbles et Radio, et ParisBourse) - CompanynewsGroup (leader européen de la diffusion de l’information des sociétés )- Inédit (Ingénierie éditoriale : intégration des nouvelles technologies de traitement de l’information dans les médias).

L’AFP compte 2 000 collaborateurs (1 200 journalistes dont 200 photographes), et 2 000 pigistes répartis sur les cinq continents.

L’État français constitue sa principale source de revenu (moins de 40 % en 2004) pour la fourniture d’information aux organes gouvernementaux, principalement les ministères, les préfectures et les ambassades.

Le marché de l’AFP est celui des médias et organes d’informations à travers le monde. Elle fournit son information sous forme de textes, photographies et infographies à environ 650 journaux, 400 radios et télévisions, 1500 administrations et entreprises, 100 agences de presse nationales.

Au total, directement ou indirectement, elle touche ainsi près de trois milliards de personnes.

« Produits » - C’est sous cette dénomination que le site de l’AFP présente les diverses variétés des informations qu’elle diffuse : Online, texte, photo, graphique, vidéos.

Financement

L’AFP ne dispose pas de capital, ni d’actionnaires, mais seulement de dotations de fonds propres. Son statut lui interdit d’être directement subventionnée par l’État. Elle dépend donc de ses seules ressources commerciales. Mais 40 % de son chiffre d’affaires en 2004 proviennent des abonnements de services publics dépendant du gouvernement français ou d’administrations locales.

Les abonnements de l’Etat à l’AFP peuvent être également considérés comme une forme d’aide indirecte à la presse écrite (et plus généralement à tous les médias qui bénéficient ainsi à moindre coût de ses services). Le montant de ces abonnements était, en milliers d’euros, de 71087 en 1990, 88 141 en 1996, 92 600 en 2000, 93 454 en 2001, 95 890 en 2002.

L’Agence a passé avec l’État, en 2003, un Contrat d’objectifs et de moyens pour rétablir d’ici 2007 une situation financière préoccupante. Celle-ci a entraîné la vente par crédit-bail du siège historique de l’Agence (place de la Bourse à Paris).

Associated Press et Reuters

L’AFP est la première agence de presse francophone et la troisième plus importante au niveau mondial.

La première est l’agence étatsunienne [Associated Press (AP). Créée en 1848, elle existe maintenant sous forme de coopérative et dotée d’un statut de société à but non lucratif. Associated Press jouit d’un quasi monopole sur le marché américain, ce qui lui donne une solide assise financière.

La deuxième agence de niveau mondial est la britannique Reuters. Fondée en 1851, c’est actuellement une société anonyme cotée en bourse à New York et à Londres. Elle se consacre désormais à côté de la branche « informations générales », essentiellement à la fourniture d’informations financières et boursières.


- Principales sources : Le site de l’AFP - Wikipedia (article « Agence France Presse ») - La Loi portant statut de l’AFP

 
  • Enregistrer au format PDF

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !