Observatoire des media

ACRIMED

Journaliste ou suspect, à la gueule du client (communiqué du SNJ)

Nous publions un communiqué du Syndicat national des journalistes (SNJ), et exprimons notre soutien à Nadir Dendoune (Acrimed).

Notre confrère Nadir Dendoune, journaliste, écrivain et documentariste, a été victime de délit de faciès au tribunal de Bobigny, alors qu’il suivait la semaine dernière, pour Le Courrier de l’Atlas, un procès à la Cour d’Assises de Bobigny.

Alors que les autres journalistes circulaient sans entrave et s’installaient sur les bancs de la presse, Nadir Dendoune a été le seul à avoir dû présenter sa carte de presse, à la demande d’un policier. Comment interpréter autrement que comme un contrôle au faciès cette vérification de qualité ? Le SNJ, premier syndicat de la profession, proteste contre la persistance de ces contrôles discriminatoires, à l’encontre des journalistes comme des citoyens.

Reflet du racisme ordinaire qui ronge la société, nombre de nos confrères d’origine maghrébine se plaignent quotidiennement et à juste titre de leur vécu de journalistes suspects au yeux de leurs concitoyens et de la police. Le SNJ rappelle que la « lutte contre le “délit de faciès” dans les contrôles d’identité » était l’un des 60 engagements de la campagne de François Hollande. Il étudie, avec son confrère, les suites à donner à cette affaire.

Paris, le 19 Janvier 2016

Source : site du SNJ

 
  • Enregistrer au format PDF

Regards croisés sur la situation des médias en Algérie et en Égypte (vidéos d’un Jeudi d’Acrimed)

Avec Hacen Ouali (El Watan) et Julien Salingue (Acrimed).

Présidentielle 2017 : l’appel citoyen et commercial de Laurent Joffrin

Un dépliant publicitaire de Libération envoyé par la Poste aux « citoyens lecteurs ».