Observatoire des media

ACRIMED

Journalisme En Marche arrière

par William Irigoyen,

Nous publions ci-dessous, avec l’autorisation de son auteur et de son éditeur – qu’ils en soient remerciés –, et sous forme de « tribune » [1], un éditorial de William Irigoyen paru le 28 mai 2017 sur le site suisse La Cité.

Dans son supplément « Idées », daté du 27 mai, Le Monde s’intéresse à la « maîtrise de l’image » d’Emmanuel Macron. L’auteur de l’article, Frédéric Joignot, évoque notamment le travail de la photographe Soazig De La Moissonnière qui suit le nouveau président français « comme son ombre  » et capte quelques-uns de ses moments d’intimité (l’intéressé « seul face à un miroir, les yeux fermés, se concentrant avant un meeting de campagne  » ; avec François Bayrou, nouveau Garde des Sceaux, « juste avant leur alliance historique »...).

Et notre confrère de s’interroger sur ce que disent les clichés pris par cette journaliste (?) « embedded » comme le stipule son compte Twitter. S’agit-il de propagande ? Assurément, tranche Vincent Lavoie, spécialiste du photojournalisme et professeur d’histoire de l’art à l’université d’Ottawa au Canada. Pourquoi donc aller chercher une caution intellectuelle à ce qui est pourtant clair comme de l’eau de roche ? Mystère.

D’autant que le reste du papier précise les choses : l’équipe de communication du locataire de l’Élysée a même fait appel à « Bestimage, une agence spécialisée dans les reportages people « façon paparazzi » pour fournir des sujets sur le couple Macron  » à l’hebdomadaire hexagonal Paris-Match.

Il n’y a pas qu’en France qu’on s’étonne de telles méthodes employées par nos élus. Dans Today, rendez-vous matinal de la chaîne de radio britannique BBC 4, Jon Sopel, North America Editor comme disent les Anglo-Saxons, délaisse son habituel flegme et s’emporte contre l’équipe de Donald Trump (ici le lien vers le script du reportage audio).

Après avoir suivi le numéro un américain dans sa tournée au Proche et Moyen-Orient ainsi qu’au Vatican, cette éminente plume d’outre-Manche se plaint d’avoir été tenue à l’écart du président-milliardaire. Du temps d’Obama, poursuit le journaliste, il y avait de « l’interaction sociale  », on pouvait avoir la chance de discuter avec un entourage constitué de politiciens d’envergure. Rien de tout cela avec l’homme à la crinière blonde qui pousserait même le vice jusqu’à poster des tweets d’une insignifiance journalistique crasse mais d’une haute valeur communicationnelle.

Quiconque a suivi une fois dans sa vie grands et un peu moins grands de ce monde savent que l’essentiel de ces déplacements sont rarement d’un intérêt éditorial himalayen. Normal puisque le propos est surtout de resserrer la focale sur des candidats qui, même lorsqu’ils prennent l’avion, cherchent systématiquement à vous mener en bateau.

Soyons honnêtes : une prise de conscience, même tardive, vaut mieux qu’un aveuglement éternel. Bienvenue donc à ces nouveaux membres du club des grincheux qui semblent conclure à l’impossibilité d’un terrain d’entente entre journalisme et communication.

Un bon conseil la prochaine fois à ces confrères : restez à la maison ou au bureau. Et parlez-nous des programmes élaborés par ces responsables politiques, des lois qu’ils font voter, pointez du doigt leurs contradictions, leurs silences sur des sujets pourtant graves et « concernants » comme disent les apôtres de la comm’, dénoncez les atteintes à la démocratie qu’entraînent leurs actes.

Non seulement vous n’aurez plus à subir les effets négatifs des voyages de presse : décalage horaire, promiscuité avec des confrères dont la grosse tête ne pourrait même plus entrer dans un écran 16/9 de télévision... Ne vous faites pas les vecteurs de ce populisme dont on ne cessera de répéter le but visé : établir un contact direct avec le bon peuple. Autrement dit, en passant outre ces intermédiaires superflus que sont les journalistes. Les quoi ?

William Irigoyen

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Les articles publiés sous forme de « tribune » n’engagent pas collectivement l’association Acrimed, mais seulement leurs auteurs dont nous ne partageons pas nécessairement toutes les positions.

Petite histoire des ordonnances de 1944 sur la liberté de la presse et de leur destin

Des « jours heureux » aux mauvais jours de la presse.

Plantu, éditorialiste mondain, combat le Front national

… en raison de son amicale complicité avec La France Insoumise ?

De l’art de saboter une interview politique

Le calvaire d’Éric Coquerel dans « Questions Politiques » sur France Inter ; par Nicolas Demorand, Nathalie Saint-Cricq, Françoise Fressoz, et Carine Bécard.