Observatoire des media

ACRIMED

Jeudi d’Acrimed : « Où vont les radios publiques ? » (21 octobre)

Et si l’on ne se bornait pas à contester des décisions particulières et particulièrement scandaleuses pour poser les problèmes généraux de fonctionnement et d’orientation des radios publiques ?

« Jeudi d’Acrimed »


Jeudi 21 octobre, à 19h,


à la Bourse du travail de Paris


3, rue du Château-d’Eau, Paris 10e

Avec Pascale Casanova (productrice de « l’Atelier littéraire », sur France Culture, licenciée de la station en juillet 2010) et Lionel Thompson, grand reporter à France Inter (émission « Interception »), secrétaire du SNJ-CGT à Radio-France.

En guise de présentation du débat :

Des autocrates nommés… autocratiquement président aux destinées de Radio France et de Radio France Internationale (RFI). Des autocrates décident arbitrairement des programmes et de l’orientation éditoriale de France Inter et de France Culture. Émissions supprimées, journalistes, humoristes, animateurs et producteurs congédiés ou remplacés au gré des humeurs de chefferies incontrôlables. Les dévoiements du secteur public se multiplient.
- Les dirigeants sont contestés. Mais, par-delà le rôle de chacun d’eux, ce sont leurs modes de désignation et le fonctionnement des radios publiques qui sont en cause.
- Des auditeurs protestent. Or, par-delà les vagues d’indignation légitimes, mais sélectives, ce sont des questions plus générales qui doivent être posées :

- Quels sont les programmes ajustés aux missions de service public et aux particularités de chaque station que l’on est en droit de revendiquer ?
- Quelle appropriation démocratique du secteur public est indispensable à un véritable service public ?

Nous vous proposons de débattre de ces questions et de toutes celles que nous vous invitons à soulever lors de notre prochain « jeudi d’Acrimed ».

 
  • Enregistrer au format PDF

Sexisme médiatique ordinaire chez Thierry Ardisson

Salut les sexistes !

Petite histoire des ordonnances de 1944 sur la liberté de la presse et de leur destin

Des « jours heureux » aux mauvais jours de la presse.

Plantu, éditorialiste mondain, combat le Front national

… en raison de son amicale complicité avec La France Insoumise ?