Observatoire des media

ACRIMED

Jeudi d’Acrimed : Médias et extrêmes droites (vidéo)

par Acrimed,

Le 16 avril 2015, nous débattions, dans le cadre d’un « Jeudi d’Acrimed », autour du thème « médias et extrêmes droites », en compagnie de Bernard Schmid (membre de VISA [1]) et Ugo Palheta (membre de la rédaction d’Acrimed).

Les scores élevés du Front national aux élections européennes et départementales ont fait l’objet d’innombrables analyses et commentaires. On a notamment pu lire ou entendre que les « grands » médias porteraient une responsabilité particulière dans l’ascension du FN. Ce dernier ne cesse, quant à lui, de dénoncer le traitement médiatique défavorable qui lui serait réservé. Qu’en est-il réellement ?

Si le rôle effectif des médias dans la progression du Front national est indéniable, ce serait leur prêter un « pouvoir » disproportionné que d’expliquer prioritairement par ce rôle l’écho que rencontrent les « thèses » et « thèmes » portés par le FN, ainsi que ses scores électoraux. Les médias ne créent pas les mouvements d’opinion : ils peuvent les accompagner, les amplifier ou les brider. Les médias n’interviennent pas isolément : leur « pouvoir » n’existe qu’en résonance ou en convergence avec d’autres pouvoirs, à commencer par le pouvoir politique.

Dire cela ne revient toutefois pas à exonérer les médias de leur responsabilité dans la progression du FN : reste à identifier les mécanismes et les pratiques par lesquels les médias dominants contribuent à favoriser cette progression.

Pour prolonger la réflexion, on pourra se reporter au numéro 14 de notre magazine Médiacritique(s).

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes.

Sortie de Médiacritique(s) n°25 (octobre-décembre 2017)

... avec un dossier sur les professionnels du commentaire. À commander dès maintenant.

Poursuite de la lente asphyxie de France Télévisions

De moins en moins de moyens, des projets de plus en plus redoutables.

Double peine publicitaire pour les lecteurs des Inrockuptibles

Coïncidence fâcheuse ou noces (lucratives) de la publicité et du « rédactionnel » ?