Observatoire des media

ACRIMED

Filmographie - Des documentaires sur les médias et le journalisme (4) : de F à G

par Cyrille Rivallan, Laurent Dauré,

La troisième partie de notre filmographie alphabétique et acritique consacrée aux films documentaires traitant des médias et du journalisme couvrait les titres de D à E, la quatrième présente les titres de F à G. La suite, prochainement...

***

F comme Ruffin

2006 / France / Iskra / 52’

Réalisation : Martin Hardouin Duparc

Résumé : François Ruffin a fondé le journal Fakir pour réagir à l’inanité de la presse picarde en général, et à celle du journal municipal de la ville d’Amiens en particulier. À travers son portrait, c’est une critique du journalisme contemporain qui est proposée, permettant d’entrevoir, dans le même temps, une autre forme de journalisme, de qualité.

Faim de grève : en faveur de la Bosnie-Herzégovine

1996 / France / Jean-Marie Bec / 25’

Réalisation : Jean-Marie Bec

Résumé : Essai vidéo sur le contraste entre les technologies sophistiquées et la guerre « archaïque » en Bosnie-Herzégovine. Le progrès technique, notamment dans le domaine de l’information, n’a pas pu empêcher le développement de ce conflit. Le film veut rendre compte de ce paradoxe. Mais, au-delà, il cherche à interroger notre relation de citoyen face à l’abondance d’informations. Est-il possible de dépasser le simple stade de spectateur ?

Faits divers à la Une

2002 / France / Ina Entreprise / 52’

Réalisation : Michel Royer

Résumé : Le film analyse le traitement des faits divers à la télévision depuis les années 1970, puis s’attarde sur le traitement du thème de « l’insécurité » plus récemment, et plus particulièrement sur l’influence des émissions de télévision sur le résultat du premier tour de l’élection présidentielle de 2002.

Faits divers : enquête sur la mécanique du pire

2007 / France / Cinétévé et Ina / 61’

Réalisation : Bernard George

Résumé : Dominique Baudis, président du CSA, Karine Duchochois, jeune mère de famille d’Outreau, Gérard Lhéritier, homme d’affaires à Nice, ont vécu le même drame. Accusés à tort de faits graves, ils ont vu leur vie leur échapper, leur nom, leur réputation, leur intimité jetés en pâture partout dans la presse. Innocentés, ils sont restés au centre d’un vaste procès médiatique. À travers leur témoignage et celui de leurs proches, mais aussi celui de leurs accusateurs, ce film propose de mettre en évidence les rouages et la mécanique implacable de ces dérapages de la presse et d’analyser leurs répercussions.

Les Fantômes d’Outreau

2005 / France / Point du Jour, RTBF Bruxelles et France 5 / 51’

Réalisation : Georges Huercano-Hidalgo et Jean-Michel Dehon

Résumé : L’affaire dite « d’Outreau », qui a fait la Une des médias dès novembre 2001, a-t-elle révélé toutes ses vérités ? Cette enquête menée par deux journalistes belges spécialistes de l’affaire (cf. leur reportage diffusé en mars 2002 sur la RTBF) met au jour d’autres « suspects ». De faux coupables dont la vie a basculé témoignent, ces « oubliés » broyés par l’enquête et dont plus personne ne se soucie.

Les Fantômes de l’électricité (Ghosts of Electricity)

1997 / Suisse / Waka Films AG et TSI (Télévision suisse italienne) / 19’

Réalisation : Robert Kramer

Résumé : Une maison à la campagne. Les arbres, la falaise, le feu. Une image préhistorique. Erika dans le jardin. Keja dans la maison. Le fleuve. Un tunnel routier. Des images de télévision : guerre, sport, films porno, catastrophes en Afrique, films d’action. Un homme à lunettes noires (Robert Kramer) parle de l’homme du futur, qui pourra transmettre la totalité de son expérience sensorielle, sans que la projection ne soit plus nécessaire : il n’y aura plus d’ici, plus de corps.

Fear, Panic & Censorship

2000 / Royaume-Uni / Shashmedia / 52’

Réalisation : David Kenny

Résumé : Ce documentaire est consacré aux « video nasties », des films d’horreur pointés du doigt par les tabloïds au Royaume-Uni parce qu’ils échappaient à la commission de censure dans la mesure où ils sortaient directement en vidéo. Suite à une loi votée en 1984, ces films ont été interdits de diffusion.

Femmes au bord des 35 heures

1999 / France / Ateliers Varan / 22’

Réalisation : Claire Mellini

Résumé : Dans quelques mois, le groupe de presse Marie Claire passera aux 35 heures. Dans les couloirs, dans les bureaux, à la cafét’, les salariées discutent argent, organisation du travail, revendications possibles, avenir de la société... Mais elles parlent aussi de souffrance professionnelle et de résignation. Le débat sur les 35 heures libère la parole dans l’entreprise, tout en mettant à nu le rapport de force existant.

Les Femmes font la manchette !

1995 / Belgique / Jungle films / 30’

Réalisation : Basile Sallustio et Danielle Helbig

Résumé : Sept mini portraits de femmes journalistes européennes de la télévision, la radio et la presse écrite qui nous livrent, à travers leurs témoignages, l’état de l’égalité des chances entre hommes et femmes dans le domaine du journalisme.

Fernand Auberjonois : journaliste, écrivain

1996 / Suisse / Films Plans-Fixes / 50’

Réalisation : Willy Rohrbach

Résumé : Fils du peintre René Auberjonois, Fernand Auberjonois a été journaliste aux États-Unis, puis officier dans l’armée américaine. Avec un humour qui ne faiblit pas, et une ironie parfois mordante, il évoque les « Messieurs » que recevait son père : Ramuz, Stravinsky, Ansermet. Il relate de façon vivante New York et ses villages, raconte Paulhan et la NRF, avant de s’interroger : « Comment sortir de ce siècle ? La tête levée, certes, le regard fixé sur l’avenir, oui, mais lequel ?... »

Feu sur le Marmara (Fuego sobre el Marmara)

2011 (diffusion télé sur TeleSUR) / Venezuela / TeleSUR / 70’

Réalisation : David Segarra

Résumé : Un journaliste espagnol de la chaîne teleSUR raconte l’histoire de la « flottille de la liberté », ce convoi humanitaire parti en mai 2010 pour rompre le blocus de Gaza et acheminer de l’aide aux habitants. À partir de témoignages et d’images prises par des journalistes et des activistes, nous revivons notamment l’assaut des commandos israéliens – dans les eaux internationales – sur le navire Mavi Marmara (le 31 mai). Cet assaut fit neuf morts parmi les passagers et de nombreux blessés.

Fictions historiques

2004 / France / Telfrance et France 5 / 52’

Réalisation : Patrick Jeudy et Serge Canaud

Résumé : L’histoire de la fiction française commence avec celle des grandes épopées historiques en costumes. Dans les années 1960, les téléspectateurs français voient déferler de grandes dramatiques solennelles et ambitieuses. À chaque fois, l’histoire se veut fidèle à la vérité historique. En même temps viennent les adaptations romancées. Avec Quentin Durward, le destin des personnages imaginés croise celui des personnages réels. C’est le point de vue des humbles, des opprimés, des révoltés qui domine désormais les grandes œuvres comme « Jacquou le Croquant » ou « Mandarin ». L’évolution vient du souffle d’indignation sociale qui parcourt la France dans les années 70. Si un temps le public semble s’être identifié aux héros, les dernières adaptations télévisées, plus rares, comme celle de Napoléon, témoignent davantage d’un attachement à un passé patrimonial.

Fierté gay

2010 / France / Ina / 52’

Réalisation : Sylvain Desmilles

Résumé : L’évolution du regard porté par les hétérosexuels sur les homosexuels à travers 40 ans d’images télévisuelles. Sujets tabous hier, pourchassés, condamnés, méprisés ou caricaturés à l’extrême, les gays sont aujourd’hui présentés de manière positive dans les grands médias. Cette visibilité témoigne des profonds changements qui se sont opérés à la suite des mouvements pour les droits civiques, de la révolution sexuelle mais aussi du sida. En rendant visible les luttes pour la liberté et l’égalité des homosexuels, la télévision a accompagné et même accéléré l’évolution du regard portés par les hétérosexuels sur les gays. Toutefois, les attaques récentes portées contre certaines Gay Pride témoignent d’un retour de l’homophobie et des préjugés vis-à-vis des gays. Quarante ans après la toute première marche new-yorkaise de juin 1970, la représentation et l’intégration des gays dans la société seraient-elles à nouveau contestées ?

Filmer la guerre d’Algérie

2009 / France / Kilaohm Productions et Histoire / 52’

Réalisation : Cédric Condom

Résumé : De retour d’Indochine, l’armée qui débarque en Algérie a compris qu’il n’était pas possible de vaincre sans convaincre, autrement dit, sans une propagande efficace. Avec cette guerre qui ne dit pas son nom, le service cinématographique entre dans l’ère de l’information calibrée, soupesée. Place à la fiction, aux films scénarisés, à la mise en scène, par des appelés qui pour certains deviendront célèbres comme Philippe de Broca ou Claude Lelouch. Seuls les évènements de 1960-1962 offriront aux cinéastes de l’armée, l’occasion de renouer avec le document sur le vif… Des images rares qui montrent la guerre d’Algérie telle qu’elle fût présentée aux Français.

Filmer la guerre d’Indochine

2009 / France / Kilaohm Productions et Histoire / 52’

Réalisation : Cédric Condom

Résumé : Caméra au poing, appareil en bandoulière, les photographes et les opérateurs du Service cinématographique des armées sont de toutes les opérations en Indochine. Raymond Martinoff, Daniel Camus, Lucien Millet ou encore Pierre Schœndœrffer sillonnent les rizières, la brousse et la jungle aux côtés des combattants dont ils sont chargés d’immortaliser le geste. Ce ne sont pourtant pas seulement des témoins et encore moins des journalistes, mais bel et bien des soldats de l’image. Leurs images serviront à alimenter la presse ou les films d’actualité dont le but est d’entraîner l’adhésion d’une opinion qui reste majoritairement indifférente ou hostile à cette guerre lointaine.

Fin de concession

2010 / France / C.P. Productions, Les Mutins de Pangée et Touscoprod / 131’

Réalisation : Pierre Carles

Résumé : Qu’est-ce qui justifie que l’on renouvelle automatiquement la concession de TF1 depuis que le Conseil supérieur de l’audiovisuel l’a accordée au groupe Bouygues en 1987 ? Pierre Carles repart au combat et s’en va interroger les figures emblématiques du paysage audiovisuel français à ce sujet, avant de se rendre compte que le dispositif déployé dans ses précédents films ne fonctionne plus.

Voir l’article que nous avons consacré à ce film.

Forgotten Silver

1995 / Nouvelle-Zélande / New Zealand Film Commission, New Zealand On Air et WingNut Films / 53’

Réalisation : Costa Botes et Peter Jackson

Résumé : L’enquête menée par le réalisateur Peter Jackson et les nombreux témoignages qu’il recueille à cette occasion concordent pour établir que son compatriote néo-zélandais Colin McKenzie était le véritable inventeur de la technique cinématographique, avant même les frères Lumière. Ce célèbre « documenteur », initialement diffusé sur une chaîne de télévision néo-zélandaise avant de faire la tournée des festivals, trompera nombre d’universitaires et de journalistes.

France-Soir

1973 / France / Cinédoc / 4’

Réalisation : Guy Fihman

Résumé : Film expérimental sur le quotidien France-Soir.

François Chalais : la vie comme un roman

1997 / France / Licange productions, Sidonis productions et France 3 / 53’

Réalisation : Gilles Nadeau

Résumé : Faire un portrait de François Chalais, c’est mettre à l’écran le thème du grand reportage à l’époque des grands soubresauts de la décolonisation. C’est entrer de plain-pied dans l’aventure exotique à l’autre bout de la planète, c’est aussi, plus près de nous, s’introduire auprès des stars du cinéma européen, principalement français et italien. C’est évoquer le monde de la presse et de la télévision, ses grandeurs et ses petitesses. C’est encore l’aventure de l’écriture et « derrière toutes choses », le chemin d’une vie à travers une passion.

François Chalais : le rendez-vous manqué

1997 / France / Licange productions, Sidonis productions et La Cinquième / 55’

Réalisation : Jean-Pierre Janssen

Résumé : François Chalais a rencontré sa femme, Mei-Chen, après la diffusion d’un reportage sur le Nord Vietnam en 1968, pendant la guerre. Ils s’étaient promis d’y retourner ensemble, en 1996. Mais, au moment de faire le voyage, François Chalais décède. En 1997, Mei-Chen Chalais et Jean-Pierre Janssen, l’ancien caméraman de François Chalais, repartent sur ses traces au Vietnam et au Cambodge.

François Mauriac : un journaliste engagé

2004 / France / Zangra Productions et France 3 Aquitaine / 54’

Réalisation : Gilbert Balavoine

Résumé : À travers ses articles et plus particulièrement son « Bloc-notes », François Mauriac a témoigné qu’il était aussi un journaliste engagé, qui comptait dans le débat politique. Ainsi, il prit position contre l’envahisseur durant l’Occupation ou sur les affaires de la colonisation, et dénonça la collusion entre l’Église et Franco durant la guerre d’Espagne.

Free Angela (Free Angela and All Political Prisoners)

2012 (2013 en France) / États-Unis et France / De Films En Aiguille, Overbrook Entertainment, Realside Productions et Roc Nation / 97’

Réalisation : Shola Lynch

Résumé : L’histoire de la militante Angela Davis, professeur de philosophie, née en Alabama, issue d’une famille d’intellectuels afro-américains. Féministe, communiste, militante du mouvement des droits civiques aux États-Unis, proche du parti des Black Panthers, Angela Davis a été accusée en 1970 d’avoir organisé une tentative d’évasion et une prise d’otage qui se soldera par la mort d’un juge californien et de quatre détenus. Elle devient alors la femme la plus recherchée des États-Unis. Arrêtée, emprisonnée, jugée, condamnée à mort, elle sera libérée faute de preuve et sous la pression des comités de soutien internationaux dont le slogan est « Free Angela ».

Fréquence Paris Plurielle

1999 / France / Jakaranda et Aqui TV / 52’

Réalisation : Marion Lary

Résumé : Fréquence Paris Plurielle, fondée par douze membres d’associations passionnés de radio, obtient le 5 septembre 1992 l’autorisation d’émettre sur la bande FM. Aujourd’hui, FPP, 106.3, émet 24h sur 24 à Paris et sa région et propose 70 émissions animées par 200 bénévoles. Seulement six salariés, en emplois précaires, assurent la permanence de la radio. Aucune affiliation politique, pas de soutien privé, financier, publicitaire. FPP fonctionne grâce aux cotisations des animateurs et aux subventions de l’État. Ce film a pour ambition de montrer comment, avec les difficultés qu’on peut imaginer, FPP réussit sa mission de média de proximité, de lieu d’échange privilégié entre les banlieues, de passerelle entre Paris et ses banlieues.

Fric et Foi (Glaube une Währung)

1980 / Allemagne / Werner Herzog Filmproduktion et SDR / 44’

Réalisation : Werner Herzog

Résumé : On suit dans ce documentaire le docteur Gene Scott, un prédicateur qui chaque jour anime pendant une dizaine d’heures sa chaîne de télévision câblée. Il exhorte les téléspectateurs à se livrer totalement à Dieu, mais aussi à ouvrir leurs portefeuilles pour soutenir son église. À cause de plusieurs procès, le Dr Scott a un besoin urgent d’argent.

Le Front et la Forme

1999 / France / Ardèche images production, Ardèche images association et Télé création citoyenne / 64’

Réalisation : Jean-Marie Barbe

Résumé : En août 1998 à Lussas, dans le cadre des États généraux du film documentaire, Jean-Louis Comolli, Michel Samson et Jean-Marie Barbe ont réuni une quinzaine de documentaristes pour aborder la question de la représentation du Front national. Moments choisis de ces rencontres : des extraits de films sont commentés par leurs auteurs et les récits d’expériences se croisent, mis en perspective par la philosophe Marie-José Mondzain. Comme le dit Jean-Louis Comolli, « Qu’est ce que filmer, observer, écrire, enregistrer, faire jouer les paroles et les corps dans un cadre d’hostilité ? Comment faire avec des personnes ou personnages qui sont d’abord, ou qui restent des adversaires si ce n’est des ennemis ? Et que faire de nos spectateurs, de nos lecteurs, de nos éditeurs ? Quelle place destiner à ceux d’entre eux qui sont déjà convaincus dans un sens ou dans l’autre et à ceux qui ne le sont pas ? »

Fun Fun Fun : A Day in the Life of the British Tabloids

1998 / France / Elma productions et La Sept Arte / 52’

Réalisation : Pierre Hodgson

Résumé : Ce documentaire décrit le monde de la presse à scandale britannique et comment, à force de scandales fabriqués, les « tabloïds » maintiennent les tirages les plus élevés du monde et exercent une réelle influence sur la vie quotidienne.

La Galaxie papier

1999 / France / Sodaperaga, BnF (Bibliothèque nationale de France) – Service de production audiovisuelle et La Sept Arte / 75’

Réalisation : Pierre-Marc de Biasi et Jacques Mény

Résumé : Emballages, livres, affiches, prospectus, mouchoirs, magazines, monnaie... : le papier est partout, si présent qu’il en devient invisible. L’essor des outils informatiques ne fait qu’accroître sa consommation. En croisant les points de vue d’historiens, d’écrivains, d’artistes ou d’industriels du papier, Pierre-Marc de Biasi et Jacques Mény racontent son invention et l’aventure de ses techniques qui ont bouleversé, l’une après l’autre, toutes les civilisations.

Gaza-strophe : Palestine

2010 / France / L’Yeux ouverts, Iskra et Media Group / 100’

Réalisation : Samir Abdallah

Résumé : Juste après la meurtrière opération militaire « Plomb durci » (2008-2009), deux documentaristes – l’un franco-égyptien, l’autre algérien – pénètrent avec des délégués du Centre palestinien des droits de l’homme dans la bande de Gaza dévastée. Ils filment ce qu’ils voient, recueillent les témoignages des Gazaouis qu’ils rencontrent.

Gekiryu chugoku aru zasshi henshu-bu 60-nichi no koubou

2007 / Japon / Japan Broadcasting Corporation / 49’

Réalisation : Toshifumi Kataoka

Résumé : Autrefois, la presse chinoise était exclusivement éditée par le parti communiste et le gouvernement. Avec les nouvelles réformes, elle est devenue financièrement indépendante et a gagné le droit à des formes et des contenus différents. Se pose alors la question de la liberté d’expression. La presse doit composer avec la rétention d’information de la part des autorités. Le magazine chinois Nan Feng Chuang a autorisé la NHK à suivre ses équipes de journalistes pendant deux mois. Ce magazine est devenu le plus diffusé en Chine en abordant des sujets audacieux, mais le travail de ses journalistes et rédacteurs est source de conflits. Nous suivons ainsi un jeune journaliste tentant de briser le tabou qui recouvre l’immobilier en Chine ; un autre plus âgé essayant de montrer le trafic de jeunes femmes dans des villages ruraux. Le rédacteur en chef du magazine doit gérer son équipe tout en évitant les foudres des censeurs du gouvernement.

Geluck : l’homme à la tête de chat

2008 / France / Équipage, France 5 et RTBF Bruxelles / 52’

Réalisation : Bérangère Casanova

Résumé : Le documentaire s’attache à retracer « l’ascension sociale » du personnage créé par Philippe Geluck. En un quart de siècle, « Le Chat » a conquis la notoriété : il a obtenu sa carte de presse en collaborant avec de grands quotidiens belges et français ; il a été édité et publié dans plusieurs pays ; il a été exposé dans des musées et à l’École des beaux-arts de Paris. Il fait l’objet de conférences, d’une thèse universitaire. Il est courtisé par les publicitaires, sollicité pour des manifestations humanitaires ; sa silhouette massive s’affiche sur les abribus aussi bien qu’à la devanture des libraires. Le documentaire revisite les temps forts des vingt-cinq années du Chat : l’actualité et l’évolution de la société et du monde, vues par le Chat dans la presse écrite, les journaux télévisés, ou des archives issues de la collection personnelle de Philippe Geluck. Différentes personnalités témoignent pour analyser l’engouement autour du Chat.

Le Génie protecteur de la ville

2008 / France et Sénégal / Ardèche Images association et Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal / 7’

Réalisation : Laurentine Bayala

Résumé : Le portrait d’un animateur radio très populaire à Saint-Louis du Sénégal.

Les Gens du Monde

2014 / France / Folamour / 82’

Réalisation : Yves Jeuland

Résumé : Le service politique du Monde est en pleine effervescence au cours de la campagne présidentielle de 2012. Les choix éditoriaux ne sont pas partagés par tous, les réseaux sociaux prennent une place de plus en plus importante, et les débats que cela suscite entre journalistes sont nourris. Cette immersion en plein cœur du quotidien permet de prendre le pouls de la rédaction d’un titre prestigieux.

Gérald Buthaud : photographe équin

2009 / France / TGA production et Equidia / 52’

Réalisation : Jean-Louis Prignac

Résumé : Gérald Buthaud est photographe équin. Son travail le soumet à une course effrénée tout autour du globe, mais ses séances photo semblent conséquemment se dérouler au ralenti tant il sait faire preuve de patience avant d’appuyer sur le déclencheur de son appareil. Ce rapport au temps très particulier n’est pas sans faire écho à son passé de reporter en Afrique, où il devait alterner longues pauses et déplacements rapides.

Geri : une ex-Spice Girl

1999 / Grande-Bretagne / RTO Pictures et La Sept Arte / 89’

Réalisation : Molly Dineen

Résumé : Lorsque Geri Halliwell quitte le groupe les Spice Girls, elle propose à la documentariste Molly Dineen de faire un film sur elle, pour changer d’image et ainsi mieux tourner la page. Même si les deux femmes sont très proches, la réalisatrice fait tout pour garder son œil critique et résister aux tentatives de la chanteuse de prendre le contrôle du film, qui ne dresse pas seulement le portrait d’une ancienne vedette, mais aussi celui d’une société entièrement dévouée au star-system.

Les Gladiateurs (Gladiatorerna)

1969 / Suède / Sandrews / 102’

Réalisation : Peter Watkins

Résumé : Dans un avenir proche, en Suède, des gladiateurs des temps modernes s’affrontent lors de jeux de massacre télévisés. L’épisode du jour, qui oppose des commandos chinois et occidentaux, sera momentanément perturbé par la « trahison » amoureuse d’un Anglais et d’une Chinoise qui ne se conforment pas au Système. Dans ce film pacifiste et critique du pouvoir médiatique, il suffit d’appuyer sur un bouton d’ordinateur pour donner la mort. Jusqu’où la manipulation télévisuelle peut-elle aller ?

Good Morning Israel

1998 / France / Théopresse et France 2 / 44’

Réalisation : Shiri Tsur et Pascal Vasselin

Résumé : Galeï-Tsahal est la radio de l’armée israélienne. Les jeunes appelés tendent leurs micros à toutes les polémiques. Leur mission : informer, si possible avec objectivité. À travers le portrait de cette étrange radio, le film dresse celui du pays.

Gonzo : The Life and Work of Dr. Hunter S. Thompson

2008 / États-Unis / BBC Storyville, Diverse Productions, HDNet Films, Jigsaw Productions et Phantom Films / 120’

Réalisation : Alex Gibney

Résumé : Après avoir connu la pauvreté durant son enfance, Hunter S. Thompson est devenu écrivain et journaliste, et c’est lui qui est à l’origine du style « gonzo ». Carburant à l’alcool et aux drogues qu’il consommait en quantités incroyables et en proie à une libido phénoménale, il devenait un autre lui-même, et sa plume s’en ressentait.

Good News, vendeurs de journaux, chiens morts et autres Viennois (Good News : Von Kolporteuren, toten Hunden und anderen Wienern)

1990 / Autriche / Hans Selikovsky et Filmproduktion / 126’

Réalisation : Ulrich Seidl

Résumé : Il ne s’agit pas seulement d’un film sur l’exploitation des vendeurs de journaux, émigrés à Vienne, par le groupe de presse Media Print, propriétaire du grand journal Good News, mais aussi d’une mise en perspective de leur situation par rapport à la prospérité de l’Autrichien moyen. D’où des séquences montrant les Viennois dans des occupations dérisoires, « vides de toute nécessité ». D’où l’importance de l’animal dans une société privée de communication et assoiffée d’affectivité. D’où le parti pris de portraits groupés, longs plans fixes qui laissent le temps de décoder toutes les informations fournies par l’image. D’autres aspects de la réalité viennoise surgissent de ce voyage dans la ville : les relations chaleureuses nouées entre les vieux solitaires et les émigrés, la grâce du chant d’une inconnue rencontrée dans la nuit, les amours des habitués des bars... La vie palpite en dépit des cloisonnements sociaux.

Goudou Goudou : les voix ignorées de la reconstruction

2011 / France / Tuttle Films et Radio France Internationale / 89’

Réalisation : Benoît Cassegrain et Giordano Cossu

Résumé : Web documentaire qui raconte la reconstruction haïtienne à travers les voix et sentiments de cinq jeunes journalistes haïtiens qui nous entraînent sur le terrain pendant la réalisation de leurs reportages pour les radios locales où ils travaillent. Depuis près d’un an, Ralph, Orpha et les autres sont confrontés à cette nouvelle situation. Leur métier les pousse à être critique, à interroger les différents protagonistes et à poser les questions essentielles. Tous sont aussi de jeunes citoyens haïtiens, fortement marqués par ce drame. Dans le film, ils nous livrent leurs points de vue et leurs sentiments personnels.

Le Grand Complot

2004 / France / Doc en stock et Arte France / 45’

Réalisation : Antoine Vitkine et Barbara Necek

Résumé : Comment la multiplication des moyens de communication (chaînes de TV, journaux, sites Internet...), loin de couper court à une vision « manipulatrice » du monde, y participe ? Quel rôle joue « l’infotainment », cette nouvelle forme de journalisme branché, qui alimente la confusion entre enquêtes réelles et divertissement, entre information et spectacle, entre journalisme et propagande ?
Comment ces vieilles théories fumeuses (qui vont du complot juif à la mainmise des francs-maçons) sont-elles aujourd’hui relookées et diffusées largement ? Pourquoi ces peurs et ces visions du monde à la fois très idéologiques et très archaïques trouvent-elles tant d’écho ?

Voir l’article que nous avons consacré à ce documentaire.

Le Grand Petit Conservatoire de Mireille

1990 / France / Ina, P6 productions et FR3 / 60’

Réalisation : Éric Le Seney

Résumé : Réalisée pour le 35e anniversaire du Petit Conservatoire de Mireille, cette émission évoque les conditions dans lesquelles il a été créé et la place qu’il a occupée dans la formation des chanteurs et chanteuses. Une pléiade d’artistes défile sur le plateau ou au long d’images d’archives.

Grand-père (Saba)

2005 / Israël / Amram Jacoby, The Film and Television School et Sapir Academic College / 61’

Réalisation : Amram Jacoby

Résumé : Avraham Ezequiel, 92 ans, est né en Irak, a fait ses études à Singapour et a rejoint la Palestine en 1929. Il était journaliste au Palestine Bulletin pendant les années 30. C’est à son petit-fils qu’il confie son histoire, ponctuée de citations de Robert Frost (en anglais) et de lecture des Textes (en arabe et en hébreu). Dans la pénombre d’un bureau encombré de livres où dort sa vieille machine à écrire, son histoire parle de ponts entre les cultures, de paix et de modestie. Avraham, homme de mots qui parle peu – il connaît leur valeur et leur force –, cultive minutieusement son oliveraie, écoute la brise dans les feuilles et le chant des oiseaux. Plus tard, un bulldozer déracine un olivier.

La Grande Aventure de la presse filmée

2001 / France / Dokumenta, GéTéVé, Pathé télévision, Institut del cinema catala et France 3 / 4 x 52’

Réalisation : Serge Viallet

Résumé : Une des singularités du XXe siècle est que son histoire a été accompagnée par les actualités cinématographiques avant que la télévision ne prenne le relais. Cette série documentaire, en quatre épisodes, a l’ambition de raconter cette épopée grâce aux images cinématographiques et aux témoignages des acteurs. C’est l’histoire de ces images, partie intégrante de notre mémoire visuelle, qui est ainsi dévoilée. Le premier épisode nous emmène du temps des pionniers lors des tous débuts du cinéma, jusqu’à la Première Guerre mondiale. Le deuxième nous entraîne de la Grande Guerre au crépuscule du muet. Les actualités sont alors les yeux du monde. Le troisième explore l’Âge d’or des actualités parlantes jusqu’à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale. Ce conflit, qui semblait présager une nouvelle ère pour les actualités, annonce en réalité leur chant du cygne. Ce rendez-vous hebdomadaire avec la presse filmée sera bientôt remplacé par la télévision et la grand-messe du 20 heures.

Grandpuits & petites victoires

2011 / France / Les Mutins de Pangée / 80’

Réalisation : Olivier Azam

Résumé : Octobre 2010. Le gouvernement veut faire passer en force sa réforme des retraites, mesure d’austérité phare du quinquennat Sarkozy. La rue se réveille. Les dépôts et raffineries de pétrole sont bloqués. Les grévistes de la raffinerie Total de Grandpuits en Seine-et-Marne vont devenir, malgré eux, le fer de lance d’une lutte qui a mobilisé des millions de Français. Tout en nous faisant vivre une grève de l’intérieur, le film décrypte la stratégie gouvernementale, patronale et le rôle prépondérant des médias.

Grands Reporters

1988 / France / IMA productions, Ina et La Sept / 60’ x 2

Réalisation : Jean Brard, François Porcile, Jean-Daniel Verhaeghe et Pierre Zucca

Résumé : Analyse du rapport entre les photographes et le réel en deux parties : 1- Les découvreurs ; 2- Les témoins. Le Risque de l’enquête montre l’œuvre de Lewis W. Hine, Dorothea Lange, Walker Evans, James Agee, Jean-Luc Porquet, Thomas Hoepker, Jack London, Gordon Parks. Le Pouvoir de l’investigation analyse le pouvoir et l’influence du grand reportage ; commentaires par Frédéric Laffont, Claude Torracinta, Roger Morel, Duncan Campbell, Edwy Plenel, Robert Richter, Barbara Kopple, Esther Cassidy.

Great Society

1967 / Japon / Masahori Ôe / 17’

Réalisation : Masahori Ôe

Résumé : Essai d’analyse des valeurs et conflits des années 1960 à partir de la juxtaposition d’images d’actualités récupérées dans les rebuts des télévisions américaines.

Grèves à France 3

2003 / France / Agat Films & Cie et Thierry Nouel / 192’

Réalisation : Thierry Nouel

Résumé : Le film, invisible à la télé alors qu’il décortique son fonctionnement dans un moment de conflit social, décrypte le poids et la responsabilité des médias et nous fait réfléchir sur la démocratie sociale et syndicale.

Grèves à la chaîne

2006 / France / Agat films & Cie, Filmperso et Voix Sénart / 95’

Réalisation : Thierry Nouel

Résumé : En 1997, puis de nouveau en 2002, France 3 connaît deux grèves de grande ampleur. En les observant de l’intérieur, ce film aborde plusieurs questions : la représentation syndicale, la négociation, la trahison et « l’utopie révolutionnaire ». Il s’agit de présenter ces grèves comme un miroir de la crise que traverse la société, où s’opposent service public et libéralisme.

La Guerre de l’info

1999 / France / Ina et La Sept Arte / 40’

Réalisation : Hervé Brusini et Philippe Deslandes

Résumé : L’affaire Coca-Cola a montré à quel point l’information pouvait être capitale pour la sécurité des consommateurs et l’avenir d’un produit ou d’une entreprise. Avec Internet, l’information comme moyen de connaissance peut devenir une arme redoutable, capable de déstabiliser une industrie comme un État. Les moyens technologiques mis en place par les États-Unis attestent que la bataille se livre à présent au niveau planétaire. Depuis 1970, la NSA, forte de ses 40 000 employés, a déclenché un plan d’interception mondial des télécommunications, connu sous le nom de « système Échelon ». Elle espionne les particuliers aussi bien que les États. Les grandes entreprises américaines en tirent profit au détriment de leurs concurrents européens. Dans ce que les spécialistes appellent maintenant la guerre de l’information, la France accuserait un retard réel. D’anciens responsables de services secrets le confessent, tout en affirmant que l’État a pris conscience du danger.

Guerre menzogne e tele

2009 / Italie / RAI Educational / 59’

Réalisation : Amedeo Ricucci

Résumé : Filmée par la caméra de France 2 et diffusée dans le monde entier, la mort en direct de l’enfant palestinien Mohammed al Dura, à Gaza, le 30 septembre 2000, est devenue avec les années l’enjeu d’une longue querelle politique, journalistique et judiciaire. Cette enquête, menée pendant des mois entre Paris et Jérusalem, arrive peut-être à clore cette affaire et fait aussi le point sur l’art de la désinformation en temps de guerre.

Guy Debord : son art et son temps

1994 / France / Ina et Canal + / 60’

Réalisation : Brigitte Cornand

Résumé : Film composé de textes défilant ou inscrits sur l’écran, de photographies et d’archives en noir et blanc, choisies dans les actualités télévisées récentes ou anciennes, et ponctué de réflexions de Guy Debord. Construit du propre point de vue « anti télévisuel » de Guy Debord, ce film, sans mention de réalisateur au générique, est à la fois une critique virulente de la société et des médias et une introduction à la lecture des écrits de Guy Debord. Il aurait été réalisé par Brigitte Cornand, avec l’assentiment de Guy Debord.


Titres précédents :
- de 0 à A ;
- de B à C ;
- de D à E.

 
  • Enregistrer au format PDF

Voir aussi...

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.