Observatoire des media

ACRIMED

Élections municipales à Paris : « 5 candidats = 2 », par Europe 1, TF1 et France 2

par Jérémie Fabre,

L’approche des élections municipales de 2014, et tout particulièrement les enjeux parisiens, mobilisent l’attention des médias nationaux. Le 29 janvier 2014, Europe 1 et LCI organisaient un « grand débat » de 90 minutes, avec la participation de cinq candidats à la mairie de Paris, mais un débat focalisé sur les deux favorites des sondages pour le second tour, de l’aveu même d’Europe 1, confirmé par les « sujets » que les JT de TF1 et de France 2 (transcrits en « Annexe ») ont consacrés le soir même à « l’événement ».

Europe 1

Europe 1 ayant choisi de ne montrer que des vidéos fragmentaires, il est impossible d’analyser le cours même du débat. Mais, après coup, on a pu lire notamment sous le titre « Municipales à Paris : ce qu’il ne fallait pas rater du premier débat »  : « C’était une première : Anne Hidalgo (PS) et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) étaient réunies sur un même plateau pour 90 minutes d’un débat, orchestré par LCI, Europe 1 et Le Parisien-Aujourd’hui en France. À leurs côtés, Wallerand de Saint-Just (FN), Christophe Najdovski (EELV) et Danielle Simonnet (Front de gauche) ont tenté de faire entendre leur voix face à ces deux favorites dans la course à la mairie de Paris. » Autant dire que, s’ils sont parvenus à se faire entendre, ce n’est pas parce qu’Europe 1 et LCI leur en ont donné les moyens !

France 2

On comprend, dès l’introduction du reportage du JT de France 2 par son présentateur vedette, quels candidats sont dignes d’intérêt.

« La politique, en France, avec l’accélération de la campagne des municipales. On vote dans un peu plus de sept semaines, premier rendez-vous ce soir : Paris, avec un duel féminin. Bertrand Delanoë ne se représente pas. Les deux candidates qui se détachent, les voici : Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet. Quels programmes ? Voici les principaux clivages… chacun se fera son idée. »

Le reste du reportage alterne déclarations des deux candidates privilégiées et les commentaires en voix off.

C’est seulement à la fin des trois minutes de reportage, en guise de conclusion, que les autres candidats à la mairie de Paris sont évoqués, pour être immédiatement cantonnés au rôle de décors… du premier tour évidemment : «  Au premier tour, Nathalie Kosciusko-Morizet et Anne Hidalgo affronteront également Wallerand de Saint-Just pour le Front National, Christophe Najdovski pour les Verts, et Danielle Simonnet pour le Front de gauche.  »

TF1

L’introduction du reportage de TF1, au moins, évoque l’existence d’autres candidats, mais pour mieux les balayer définitivement des deux minutes du reportage, sans même les nommer : «  L’événement politique de ce mercredi, à moins de deux mois des élections municipales : c’était le débat entre les deux prétendantes à la mairie de Paris. Anne Hidalgo pour le Parti socialiste et Nathalie Kosciusko-Morizet pour l’UMP, avec trois autres candidats, elles ont confronté leur projet avec parfois des échanges assez vifs, à propos de la sécurité, des impôts et des transports.  »

À signaler toutefois un « sujet » plus équilibré sur TF1 d’une durée de 2 minutes 50 secondes, diffusé le 1er février à 13h20. Mais pas au journal de 20h…

Dans le vocabulaire habituel des « batailles » électorales, « l’affrontement » (c’est comme cela que l’on dit pour préparer la mise en scène) se transforme en « duel », évidemment spectaculaire… C’est sur TF1 que la théâtralisation est la plus poussée, puisqu’il est question du « premier grand débat télévisé » entre les candidats, voire même de «  l’événement politique  » de la journée, riche d’« échanges assez vifs », « point de départ de deux mois d’une campagne qui s’annonce vive, à l’image de ce débat. » Et le reportage juxtapose les petites phrases et parmi elles, celles qui « font polémique » (comme on le dit désormais à tous propos). Pour permettre aux téléspectateurs de profiter pleinement du pugilat, Gilles Bouleau, présentateur du 20h de TF1 propose d’en « voir ou revoir les meilleurs moments » sur le site de la chaîne. …

Comme dans Le Parisien (ainsi que nous l’avons analysé dans un article intitulé « Élections municipales : les promesses non tenues du Parisien en campagne »), la « couverture » de l’élection municipale à Paris sur TF1 et France 2 est déjà focalisée sur le second tour. Vous avez dit pluralisme ?

Mais rassurez-vous. Comme le dit si bien David Pujadas, « chacun se fera son idée.  »

Jérémie Fabre


Annexes : transcriptions des reportages

I. Sur France 2, journal de 20 h du 29 janvier 2014

Titres

David Pujadas : « L’accélération de la campagne des municipales. On vote dans moins de deux mois, ce soir le duel parisien : Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet, quels programmes, quels clivages ? Les réponses tout à l’heure. »

Images : Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet puis vue aérienne de Paris.

Puis, le moment venu…

Introduction

David Pujadas : « La politique, en France, avec l’accélération de la campagne des municipales. On vote dans un peu plus de sept semaines, premier rendez-vous ce soir : Paris, avec un duel féminin. Bertrand Delanoë ne se représente pas. Les deux candidates qui se détachent, les voici : Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet. Quels programmes ? Voici les principaux clivages, chacun se fera son idée. Guillaume Daret et Pascal Caron. »

Images : photographie des deux candidates.

Reportage

Voix off : « Elles s’affichent toutes les deux avec le sourire malgré une campagne qui se durcit. Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë, accusée de n’être que son héritière. »

Anne Hidalgo : « Je prends, j’assume. Héritière des valeurs de cette ville, d’une belle expérience. Vraiment, je prends. »

Voix off : « Face à elle, Nathalie Kosciusko-Morizet a un parrain, Nicolas Sarkozy : elle fut son ministre, et son porte-parole. »

Nathalie Kosciusko-Morizet : « Je n’ai pas à m’excuser, comme le souhaiteraient certains, d’avoir un parcours riche, d’avoir une expérience à la fois de ministre, d’élu local… »

Voix off : « Plus d’un million d’électeurs à convaincre. Au cœur des préoccupations des parisiens : le logement. Pour résoudre cette pénurie, deux logiques s’affrontent. D’un côté, priorité aux classes moyennes [image de Nathalie Kosciusko-Morizet], de l’autre, aux logements sociaux [image d’Anne Hidalgo]. »

Anne Hidalgo : « Je veux poursuivre la création de logements sociaux. Je me suis engagée à 30 % de logements sociaux d’ici 2030. Concrètement, cela veut dire que chaque année, je vais produire dix-milles logements, sociaux et pas sociaux. »

Nathalie Kosciusko-Morizet : « Ma priorité va au logement pour la classe moyenne. Aujourd’hui, un jeune couple avec un enfant, deux enfants, deux salaires normaux, pas grandioses, corrects, ne peut pas se loger à Paris. »

Voix off : « Stopper la construction de logements sociaux là où ils sont déjà nombreux, plus de prêts à taux zéro : voilà comment elle compte s’y prendre. L’autre enjeu de cette campagne, c’est la sécurité. Dans la capitale les cambriolages notamment ont fortement progressé. Deux stratégies là aussi : renforcement des effectifs pour Anne Hidalgo, création d’une police de quartier pour NKM. »

Nathalie Kosciusko-Morizet : « Une police de quartier, avec le doublement des caméras en matière de vidéo-protection, avec aussi le retour des arrêtés pour lutter contre la mendicité agressive… »

Anne Hidalgo : « Rétablir les postes de policiers, c’est un engagement qu’a pris le gouvernement et le ministre de l’Intérieur. D’ailleurs nous avons eu les premiers policiers, plus de trois cents policiers qui sont revenus à Paris en décembre dernier. »

Voix off : « Toutes deux assurent qu’elles n’augmenteront pas les impôts, ce qui ne les empêche pas d’avoir des projets d’aménagement. Refonte de la place de la Bastille pour la candidate socialiste, piétonisation partielle de certains arrondissements pour Nathalie Kosciusko-Morizet. Elles partagent le même objectif, réduire la place de la voiture, mais diffèrent sur la méthode, d’une gestion par arrondissement [image de Nathalie Kosciusko-Morizet], ou d’une lutte contre le diesel [image d’Hidalgo].

Anne Hidalgo : « Stop au diesel, la fin du diesel, et notamment les bus et tout ce matériel roulant lourd qui est extrêmement polluant. »

Nathalie Kosciusko-Morizet : « Certains quartiers iront progressivement vers le quartier tout électrique, le quartier résidentiel, la piétonisation. Et dans d’autres, il faut que ça circule dans les artères, il faut que ça circule… »

[Images de parisiens discutant avec les candidates sur un marché]

Voix off : « Au premier tour, Nathalie Kosciusko-Morizet et Anne Hidalgo affronteront également Wallerand de Saint-Just pour le Front National, Christophe Najdovski pour les Verts, et Danielle Simonnet pour le Front de gauche. » [Brèves images de chaque candidat].

Source  : http://www.francetvinfo.fr/elections-municipales-a-paris-les-projets-des-candidates_517567.html

II. Sur TF1, journal de 20 h du 29 janvier 2014

Aucune mention dans les titres. Puis, le moment venu…

Introduction

Gilles Bouleau : «  L’événement politique de ce mercredi, à moins de deux mois des élections municipales : c’était le débat entre les deux prétendantes à la mairie de Paris. Anne Hidalgo pour le Parti socialiste et Nathalie Kosciusko-Morizet pour l’UMP, avec trois autres candidats, elles ont confronté leur projet avec parfois des échanges assez vifs, à propos de la sécurité, des impôts et des transports. Cyril Adrien.  »

Reportage

Voix off : « Elles sont les deux principales candidates à la mairie de Paris. À gauche, Anne Hidalgo, actuelle première adjointe du maire sortant, Bertrand Delanoë. À droite, l’UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Premier grand débat télévisé entre elles et les autres candidats. Premier duel, sur le thème de la sécurité. »

Anne Hidalgo : « Quand le gouvernement, auquel Madame Kosciusko-Morizet vous avez appartenu, a supprimé à Paris mille cinq cents policiers, de 2009 à 2012, moins mille cinq cents policiers, ça fait forcément des problèmes de sécurité à l’arrivée. »

[coupure]

Nathalie Kosciusko-Morizet : « Un mensonge cent fois répété ne fait pas une vérité. Et… »

Jean-Pierre Elkabbach (présentateur) : « Quel est le mensonge ? »
Nathalie Kosciusko-Morizet : « Eh bien écoutez, je vous lis le rapport de la Cour des comptes de 2011 : "Les effectifs parisiens sont restés stables entre le premier janvier 2006 et le premier janvier 2010".  »

Voix off : « Après la sécurité, le débat se déplace sur le terrain des transports. »

Nathalie Kosciusko-Morizet : « Réduire la place de la voiture polluante en centre-ville, la municipalité sortante a cherché à le faire en créant un gigantesque embouteillage.  »

[coupure]

Anne Hidalgo : « Moi je vais investir deux milliards cinq dans les transports publics et dans les aménagements de voirie. Je veux investir dans la voiture électrique. »

Voix off : « Mais le sujet le plus conflictuel entre les deux candidates, est définitivement la fiscalité ; à partir de l’expérience de maire de Longjumeau, de Nathalie Kosciusko-Morizet. »

Nathalie Kosciusko-Morizet : « Je serai le maire du zéro impôt supplémentaire. Je n’ai pas l’intention de m’excuser de mon expérience d’élue locale. J’ai pris une situation financière compliquée, et moi j’ai baissé les impôts, comme je l’avais promis. »

Voix off : « Une heure trente d’affrontement à la télévision, point de départ de deux mois d’une campagne qui s’annonce vive, à l’image de ce débat. »

Gilles Bouleau : « Et vous pouvez voir ou revoir les meilleurs moments de ce débat sur notre site. »

Source : http://videos.tf1.fr/jt-20h/2014/retour-en-images-sur-le-premier-debat-entre-les-candidats-a-la-8356256.html

 
  • Enregistrer au format PDF

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.