Observatoire des media

ACRIMED

Dominique Cantien, les « cités racaille » et les patrons intelligents

par Laurent Dauré,

Dominique Cantien, productrice de télévision emblématique des années 80-90 sur TF1 et France 2, est invitée sur France Info dans le cadre de sa tournée de promotion pour son autobiographie, intitulée Avec eux... [1]. Elle laisse entrevoir au détour d’une phrase sa vision du monde social...

« Tout et son contraire » est une chronique de France Info que le site Internet de la radio présente ainsi : « Philippe Vandel reçoit une personnalité qui a marqué l’année : politique, spectacle, médias, littérature, sport : chaque jour, un entretien en trois épisodes ». Il s’agit en fait surtout d’une émission de bavardage promotionnel, où des personnalités viennent vendre leur « actualité ». Le 26 avril 2012, Philippe Vandel reçoit Dominique Cantien [2], la célèbre productrice de télévision, papesse des programmes de divertissement dans les années 80-90 (principalement sur TF1), qui vient de sortir son autobiographie.

Après avoir assuré (le 14 avril) la promotion de son livre dans l’émission « On n’est pas couché » sur France 2, Dominique Cantien avait fait de même sur deux antennes de Radio France : le 18 avril dans « Le RenDez-Vous » sur France Culture et le 19 avril dans « Les Affranchis » sur France Inter, émission présentée par Isabelle Giordano. Ce qui fait trois invitations en moins de dix jours sur les radios du « service public »...

Dominique Cantien se plaît à répéter que dans la vie, « si on veut, on peut » ; à ses yeux, comme dans les pires productions hollywoodiennes, seules l’envie et la détermination conditionnent la réussite professionnelle : « quand on va au bout de ses rêves, on y arrive. Rien dans mon expérience de petite fille du nord de la France ne me prédisposait à avoir ce destin. Je me suis battue pour en arriver là [3]. » Un fabuleux « destin » tout de même plus accessible – en supposant qu’il soit enviable – quand on est issu de la bourgeoisie [4]. Et quand la productrice s’adonne (modestement) à la modestie, Philippe Vandel bondit : « à un moment donné, vous dirigiez 70 % des variétés de TF1 ; si ça c’est pas réussir, qu’est-ce que réussir ? » Même s’il entretient avec abnégation la flamme de « l’esprit Canal » [5], Philippe Vandel, ici, n’est pas sarcastique.

Dans la première des trois parties de l’entretien, Dominique Cantien raconte comment elle a lancé le Sidaction, qui devait être diffusé sur six chaînes en même temps, ce qui impliquait notamment que celles-ci renoncent le temps d’une émission à leurs espaces publicitaires et à leurs rivalités. Philippe Vandel mentionne alors un épisode évoqué dans le livre : deux des patrons de ces chaînes en sont venus aux mains lors d’une réunion. Dominique Cantien commente :


« Ces grands patrons n’étaient pas tous des amis, c’est le moins qu’on puisse dire ; dont deux en particulier. Donc, dans bon nombre de réunions, c’était brûlant.
On n’était pas en bas de l’immeuble d’une cité racaille [d’après le ton de sa voix, elle sourit], mais les bagarres étaient peut-être du même ordre, avec l’intelligence en plus.  »

Dérapage révélateur. Pourtant, ces propos imbibés de mépris, voire de racisme social, laissent Philippe Vandel sans réaction. Grâce au « service public de l’information », on ne connaîtra pas l’identité des deux bagarreurs en question, mais on aura appris que si la violence traverse les classes sociales, l’intelligence est l’apanage des grands patrons. C’est pourquoi nous espérons que Patrick Le Lay, l’ancien PDG de TF1, écrira lui aussi son autobiographie en laissant libre cours à son célèbre franc-parler [6].

Laurent Dauré

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Éditions de La Martinière, 2011. La maison d’édition présente ainsi son auteur : « Célèbre productrice de télévision, directrice de la création pour TF1, puis sur France 2, puis directrice des programmes de RMC, Dominique Cantien revient cet automne à la télévision en tant que consultante rattachée à la direction de France Télévisions. Elle a été durant 9 ans la compagne de Nicolas Hulot, puis l’épouse du ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy. Elle vit actuellement avec l’ex-boxeur Stéphane Ferrara. »

[2L’émission peut être écoutée ici.

[3Interview dans 20minutes.fr, 17 avril 2012. On peut également lire plus loin : « J’ai rencontré quatre hommes magnifiques : Michel Drucker, Jean Drucker, qui est là-haut, Pierre Lescure et Francis Bouygues. C’est mon papa de la télé, que j’ai rencontré au moment où j’ai perdu mon propre père. Quand on est protégés et aidés, le chemin est plus facile. Mais il n’y a pas de hasard, on ne rencontre que les gens qu’on veut rencontrer. La chance, c’est aussi un talent. »

[4Dominique Cantien écrit dans son autobiographie (p. 10) : « Je vivais dans une maison bourgeoise provinciale, je fréquentais des écoles privées, comme toutes les petites bourgeoises, toute mignonne dans mon uniforme de rigueur. J’ai ensuite fréquenté le lycée Fénelon de Dunkerque qui avait eu la bonne idée de devenir mixte quelques années avant que je l’intègre. Mon univers était un monde assez sévère. Mon père était un industriel, ma mère, selon la tradition de ce monde-là, une "mère au foyer". »

[5Philippe Vandel a été chroniqueur et présentateur sur Canal+ au moment où la chaîne promouvait son « impertinence » et son ton « décalé », le fameux « esprit Canal ».

[6Lors du passage de Dominique Cantien dans l’émission « On n’est pas couché », alors qu’elle est interrogée sur les mémorables propos de Patrick Le Lay au sujet du « métier de TF1 », qui est « d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit », et donc de vendre aux annonceurs « du temps de cerveau humain disponible », Dominique Cantien réagit ainsi : « C’est vrai que la phrase de Patrick Le Lay est d’une violence absolue, telle quelle, mais en fait elle est le reflet, avec ses mots à lui, de ce que nous devions faire. » Et lorsque Audrey Pulvar lui fait remarquer qu’elle ne semble pas prendre de distance avec la « philosophie » de Patrick Le Lay, elle répond immédiatement : « J’en prends pas de distance parce qu’en fait c’est la réalité. »

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.