Observatoire des media

ACRIMED

Dissidences au sein du Monde ?

par Arnaud Rindel,

Dans le numéro 624 de l’hebdomadaire Charlie Hebdo daté du 2 juin 2004, Stéphane Bou signe en page cinq, un encadré intitulé « Le Monde : le jour d’après ». On y apprend qu’une partie des membres de la Société des Rédacteurs du Monde désapprouverait les choix de ses directeurs.

« Afin de sonder l’état d’esprit des troupes devant l’évolution du quotidien », nous explique Stéphane Bou, la Société des Rédacteurs du Monde (SRM) aurait « commandé et financé » une étude à la firme privée Ipsos. Le dessin qui accompagne l’article, réalisé par Cabu, met en scène Jean-Marie Colombani et Edwy Plenel lisant les résultats de l’étude, qui porte la mention « extrait de la note de synthèse de mai 2004 ». Le journaliste de Charlie Hebdo, sans indiquer comment il a eu connaissance de cette étude, annnonce : « les résultats [...] viennent de tomber ».

Une note précise : « 320 questionnaires ont été envoyés aux membres de la SRM ». Et Stéphane Bou poursuit : « Dans un contexte où une partie de la hiérarchie du journal aurait indiqué qu’elle boycotterait le sondage, le taux de retour est de 56 %. »

Autrement dit environ 180 questionnaires ont pu être récupérés et analysés. Il semble que la Société des Rédacteurs comporte, en tout 405 membres [1]. Il ne nous est pas précisé pourquoi seulement 320 questionnaires ont été distribués, ni sur la base de quels critères les 85 membres restants ont été exclus. Toujours est-il qu’à l’arrivée, cette étude porte donc, il faut en tenir compte, sur les opinions exprimées par 180 membres, soit seulement 44% de l’ensemble de la Société des Rédacteurs du Monde.

Les résultats n’en sont pas pour autant sans intérêt.

Selon Stéphane Bou, « 56 % des membres de la SRM ayant répondu au questionnaire estiment par exemple que la direction du Monde « n’explique pas clairement sa stratégie de développement », et 54 % d’entre eux pensent que les « relations avec la hiérarchie » (« proximité, affinités, fidélités... ») sont un des « principaux critères qui sont pris en compte lors des promotions ou des augmentations salariales ».  »

En outre, note le journaliste de Charlie Hebdo, « ils expriment également des doutes, ou des critiques qui jusque-là provenaient de l’extérieur du journal. »

Ainsi, à la question ouverte « quels sont selon vous, les principaux facteurs qui peuvent expliquer la baisse de la diffusion du Monde en 2003 ? », les membres de la SRM ont livré des réponses qui ont été regroupées, toujours selon Stéphane Bou, en trois grands axes :
- « dégradation du contenu » : 37% (« baisse de la qualité, manque de sérieux, absence de suivi, contenu répétitif, fade, manque de réactivité, manque de motivation des journalistes ») ;
- le livre de Péan et Cohen : 37 % (« le contenu du livre, les réactions de la directions face aux critiques ») ;
- « choix dans le traitement de l’info » : 37 % (« manchettes “racoleuses“, choix éditoriaux, manchette sur N. Sarkozy, pensée unique »).

S’il ne faut pas oublier que des pourcentages inférieurs à 50 % sur l’échantillon recueilli correspondent à moins d’un quart de l’effectif total des membres de la SRM (50 % de 44 %), il semble, en tous les cas, que les critiques formulées à l’encontre du contenu et des choix éditoriaux du Monde, ne proviennent pas toutes de quelques aigris ou de ces critiques désobligeants qui sont - cela est fâcheux ! - "extérieurs" au sanctuaire.

Arnaud Rindel

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1C’était le cas à la fin de l’année 2001, si l’on en croit les quotidiens Libération (« « Le Monde » ouvre la page Bourse », Olivier Costemalle, Libération, 23 octobre 2001), et L’Humanité (« Le Monde veut se réarmer en Bourse », L’Humanité, 26 octobre 2001).

Michel Onfray critique la presse à la serpe

Pour le philosophe médiatique, la liberté de la presse n’existe pas. Ce qui ne l’empêche pas de l’inonder de ses tribunes !

Un « Conseil de la Presse » ? À quelles conditions et comment

Note d’Acrimed à l’intention de Madame Sirinelli, chargée de mission

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)