Observatoire des media

ACRIMED

Discrimination contre un reporter photographe de l’AFP

Recrutement arbitraire et discrimination manifeste : nous publions ci-dessous un communiqué intersyndical et un texte de photographes de l’AFP (Acrimed)

***
Communiqué intersyndical

- CFDT, CGT (toutes catégories), FO-journalistes, SNJ, SUD -

La direction a annoncé mercredi aux organisations syndicales le recrutement d’un salarié extérieur à l’AFP pour le poste de rédacteur en chef adjoint photo France, alors qu’il y avait face à lui un reporter photographe, travaillant à l’AFP depuis près de 25 ans, professionnel reconnu, dont la direction ne conteste d’ailleurs pas qu’il pouvait légitimement prétendre exercer cette fonction.

Les organisations syndicales, toutes présentes à la réunion, se sont élevées contre la décision de la direction. D’abord parce qu’il s’agit d’une discrimination professionnelle flagrante à l’égard d’un collaborateur de l’agence dont les compétences n’ont pas été mises en doute, et ensuite parce que la direction oppose depuis plusieurs mois des refus obstinés à toute titularisation de jeunes en CDD, au motif qu’il n’y a pas de départ de l’agence. Certains pigistes photo de plus de dix ans d’ancienneté ne sont toujours pas titularisés sur le même motif. Ils apprécieront. De même, récemment, plusieurs postes texte n’ont pas été attribués car la direction refusait de titulariser des CDD donnant pourtant pleinement satisfaction.

Mais quand il s’agit de renforcer la direction ou la hiérarchie en recrutant à l’extérieur - nous voulons croire qu’il ne s’agit pas de copinage... -, là, il y a de l’argent !

Raisons officielles de cette embauche externe ? L’intéressé « apportait des éléments supplémentaires ». « Il vient d’une agence tournée vers le magazine et l’illustration » (en l’occurrence Rea), un domaine qui n’est pas le point fort de l’AFP, nous-a-t-on expliqué. Et puis, « il est bien connu dans la profession, il a noué des contacts dans le monde politique et dans le monde économique ». C’est un peu court comme argument et surtout profondément insultant pour les reporter-photographes de l’AFP qui au quotidien « nouent des contacts » et sont tout aussi connus, sinon plus, dans le métier.

Le « candidat maison », Eric Cabanis est titulaire à l’AFP depuis 1994. Il a occupé plusieurs postes, notamment en région (Marseille, Strasbourg, Toulouse, où il est actuellement responsable régional pour la photo). Ses qualités professionnelles sont connues et récemment encore son travail a été loué lors de la couverture de l’affaire Merah. Il présente bien des atouts que n’a pas un candidat extérieur, notamment une très bonne connaissance de l’agence, de son fonctionnement et de ses méthodes de travail. Cela lui donnait des arguments solides.

La direction a affirmé mercredi devant les représentants syndicaux que s’il n’a pas été choisi, « ce n’est pas parce qu’il n’a pas été jugé capable de tenir ce poste ».

Cette nomination constitue donc un précédent dangereux : dès lors qu’un candidat interne a les compétences requises, l’AFP a toujours donné la préférence aux promotions internes. Cette règle, qui permet de valoriser les collaborateurs, doit continuer de s’appliquer !

Derrière la discrimination professionnelle dont est victime Eric Cabanis, nous avons du mal à ne pas voir également une discrimination syndicale. Il est en effet, de longue date, délégué du personnel (SNJ-CGT). Depuis 2003, il a postulé neuf fois à différents postes de responsabilité, neuf fois il a essuyé une fin de non-recevoir.

Ce reporter-photographe a décidé de saisir la Commission paritaire consultative d’appel composée de trois représentants de la Direction et d’un représentant de chaque organisation syndicale de journalistes, une instance prévue par le protocole du 22 décembre 1969 sur les nominations. Les syndicats signataires appuient sa démarche et exigent l’annulation de la nomination contestée.

Enfin, nous portons à la connaissance de tous un message adressé ces jours derniers à l’intersyndicale, signé à ce jour par seize photographes - certains en vacances n’ont pu être joints, d’autres soutenant sans signer- (dont nous ne rendons pas publics les noms, tous n’ayant pu être contactés pour donner leur feu vert à la publication de leur identité).

Le 2 août 2012

Texte signé par seize photographes de l’AFP

Sans préjuger de la décision de la direction, les reporter-photographes s’étonnent de la candidature externe à l’agence sur le poste d’adjoint Redchef photo que l’on annonce déjà nommé dans les couloirs.

Quand l’AFP n’a pas d’argent pour remplacer les vacances - absences des laborantins-facturières-documentalistes-, diminue voire supprime les primes et promos, gèle les départs, elle en a donc pour embaucher à l’extérieur.

Ce candidat, que pour certains nous côtoyons quotidiennement et que nous connaissons, a quitté l’agence il y a plus de 20 ans, après avoir fait quelques piges, pour partir travailler en permanence pour une agence photo concurrente.

Il n’a jamais fait de sport ni de people ni de conflit.

Nous constatons qu’il n’a jamais dirigé une équipe, qu’il ne connait pas forcément les besoins, ni le fonctionnement de l’AFP.

D’autant plus qu’il est notoire sur la place de Paris qu’il dénigre régulièrement l’Agence ainsi que ses collaborateurs (ses propos : les fonctionnaires de l’AFP )

Nous refusons sa nomination, et nous exigeons que le protocole de 69 soit respecté. Si besoin est, nous demandons un réaffichage de poste.

Nous venons d’apprendre que la direction avait indiqué (volontairement ou involontairement) sur une fiche de poste envoyé aux élus du personnel jeudi dernier qu’il travaille comme pigiste (?) au reportage photo (?) avec date d’entrée à l’agence en 1991 !!! Bien que l’on retrouve 69 photos indexées à son nom sur Image Forum en 20 ans (ce qui fait une moyenne de 3,45 photos par an), de 1992 à 2012, la grande majorité de ces reportages ayant été générée par une position de pool via son agence REA.

A ce compte-là, les pigistes photographes qui travaillent depuis longtemps pour l’agence, seront- ils titularisés ?

Paris, le 2 août 2012

 
  • Enregistrer au format PDF

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.