Observatoire des media

ACRIMED

Les radios libres en Afrique

Des radios libres se rencontrent à Kinshasa !

par Jacques Soncin,

Les Radios libres continuent de se développer en Afrique. Elles ont connu un essor étonnant en Afrique de ‘Ouest et la contagion touche aujourd’hui l’Afrique centrale.

Pour soutenir ce développement, Radio Réveil, la radio libre et laïque de Kinshasa a organisé une rencontre entre les radios de la sous région, sous l’égide de l’Union des radios communautaires de l’aire francophone, du 19 au 22 mars derniers. Elle a pu se tenir grâce au soutien l’Ambassade de France à Kinshasa, de Radio France Internationale, de l’Agence canadienne de développement international, de l’Institut Panos Paris et d’une Institution financière locale, la Coopeci. Cette initiative, qui a pris le nom de " Festival Fréquences libres ou le Pluralisme radiophonique ", est d’autant plus courageuse que la plupart des pays de la région sont en guerre, ou connaissent des troubles civils importants. La République du Congo, dite Congo Brazzaville, sort d’une guerre civile qui a pris des allures de génocide, le Rwanda est encore meurtri du crime abominable qui s’y est perpétré, le Tchad est à stabilité limitée, la République démocratique du Congo, ex-Zaïre, dite Congo Kinshasa, est actuellement en guerre contre ses voisins burundais et Rwandais et a subi un véritable séisme social. Pourtant du Gabon au Burundi, en passant par le Tchad, la RDC, le Congo Brazza ou le Cameroun, la plupart des radios libres d’Afrique centrale avaient fait le voyage de Kinshasa et se sont retrouvées au Palais du peuple de la capitale congolaise.

Le colloque a été ouvert par Freddy Moulongo, directeur général de Radio Réveil, et par Dominique Sakombi Inongo, ministre de la Communication et porte parole du gouvernement de la République démocratique du Congo. Ce dernier, entré en politique sous Lumumba et qui a été de tous les gouvernements depuis lors, a tenu a préciser que même dans un pays en guerre, on pouvait autoriser des radios libres et qu’il était très attaché à leur existence.

Pendant trois jours, les radios ont travaillé sur une charte destinée à préciser leurs missions et à définir les axes de leur collaboration entre elles.

Ce document montre le niveau de conscience des responsables de radio, la maturité de leur réflexion et la profondeur de leur engagement. (...)

Cette charte a été adoptée à l’unanimité. Les participants ont ensuite décidé de créer un Groupement des radios associatives et communautaires d’Afrique centrale. Freddy Mulongo, de Radio Réveil, en a été élu président. Zara Yacoub, de Dja FM, station associative de N’Djamena, a été choisie comme vice-présidente et Bartel Ndinga, responsable de Radio Soleil, une station proche de l’opposition gabonaise à Libreville, a reçu le poste de secrétaire.

A l’issue du Festival, les radios du Congo démocratique ont décidé de mettre en place une fédération nationale de radios libres.

Cette initiative montre que rien n’arrête la volonté associative de créer des radios indépendantes uniquement soucieuses d’améliorer le sort des populations et de satisfaire leur droit légitime à l’information et à la démocratie.

Jacques Soncin
Rédacteur en chef de Fréquences libres
Président de l’Urcaf

 
  • Enregistrer au format PDF

Voir aussi...

Jeudi d’Acrimed : la « vie au poste » de Samuel Gontier, journaliste de canapé (15 décembre)

Retour sur huit années de gardes à vue télévisuelles.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »