Observatoire des media

ACRIMED

Tribune

Défense de France Culture écrit au Figaro

Nous publions ci-dessous, avec l’autorisation de son auteur, un article paru sur le site Défense de France Culture. (Acrimed)

Messieurs,

Chaque matin vos deux collaborateurs Alain Gérard Slama et Alexandre Adler infligent leurs tristes chroniques aux auditeurs accablés du service public France Culture. Pourriez-vous avoir l’amabilité de les garder avec vous au Figaro puisque votre journal leur assure déjà un confortable revenu de membres du comité éditorial ?

En effet l’érudit Alain Gérard Slama, sans doute débordé, s’avère inspiré à peu près une seule fois par mois sur France Culture, ce qui nous laisse quand même vingt chroniques mensuelles distillant toute la banalité des idées sociétales en vogue que l’on connaît déjà en long en large et en travers.

Quant au géostratège de salon Alexandre Adler, il nous propose une chronique remplie d’erreurs et hautement fantaisiste dans laquelle, quand il ne fait pas des pronostics farfelus - "la guerre d’Irak n’aura pas lieu" ou "Kerry va gagner" - il se plait à insulter les électeurs espagnols [1] au lendemain des attentats de Madrid, ou les électeurs français du non au TCE ou encore des gens comme Rony Brauman ou bien José Bové "personnage particulièrement écœurant" [2].

Par ailleurs Monsieur Adler, fort peu soucieux de la notion de Service public, dédaigne régulièrement de déplacer son auguste personne dans les studios de France Culture et inflige donc régulièrement aux auditeurs le son nasillard de son téléphone mobile [3].

Comme de plus France Culture se flatte d’être une radio citoyenne, il apparaît dans les témoignages reçus à DDFC que cela fait très mauvais effet dans la "France d’en bas" cette station publique culturelle qui offre à des personnalités de cumuler plusieurs salaires. Depuis l’arrivée d’une dizaine de chroniqueurs, France Culture a d’ailleurs réduit drastiquement sa part de documentaires montés : est-ce pour financer la multiplication des chroniques oiseuses ?

Parallèlement à cette présence navrante d’Alain Gérard Slama et d’Alexandre Adler à France Culture, il semble que le Figaro ait malencontreusement oublié d’émettre la moindre critique sur les décisions controversées de l’ex directrice de France Culture qui a bouleversé la chaîne pendant six années de suite à sa guise. Dernier exemple en date : lorsque le Figaro du 08 septembre 2005 salue la reprise par Laure Adler de la célèbre émission "À voix nue", il oublie de préciser que cela se fait au détriment des 42 producteurs [4] qui ont fait "À voix nue" l’année dernière et au détriment du public qui depuis des années appréciait dans "À voix nue" le principe original du producteur interviewer différent pour chaque invité [5].

Même si Le Figaro l’ignore ce n’est pas la première fois que Madame Adler écarte quarante producteurs appréciés du public. Rien qu’en 2004, la suppression de l’excellent documentaire "les Chemins de la musique" et la restructuration musclée des "Chemins de la connaissance" ont concerné également une quarantaine de producteurs tournants [6].

Pour toutes ces raisons, les auditeurs attentifs à la qualité de France Culture souhaitent que Le Figaro reprenne ses chroniqueurs et son indépendance éditoriale vis à vis de France Culture. Cela devrait être possible puisque Le Figaro littéraire montre la voie en analysant avec un regard critique le dernier ouvrage de Madame Adler [7].

Cordialement

Défense de France Culture

http://ddfc.free.fr

27 septembre 2005

Article envoyé au Figaro et au personnel de France Culture

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[115 mars 2004 sur France Culture, Les matins : "...devant un chantage terroriste d’une gravité exceptionnelle, l’électorat espagnol a réagi magnifiquement, il a voté pour la trouille, pour le renoncement, pour Munich..."

[228 mai 2002 sur France Culture. Première édition : "José Bové c’est un personnage particulièrement écœurant en effet de la scène nationale".

[3Sur Alexandre Adler, voir notre rubrique « Les facéties d’Alexandre Adler » et sur son « savoir », l’article de Mathias Reymond « Alexandre Adler : Portrait d’un omniscient » (note d’Acrimed).

[4Les 42 producteurs d’À voix nue, saison 2004 - 2005 : Anne Andreu, Ali Baddou, Thomas Baumgartner, Laurence Bloch, Anne Bourgeois, Caroline Bourgine, Michel Braudeau, Caroline Broué, Katarina von Bülow, Didier Cahen, Jean-Pierre Changeux, Jean Daive, Carole Desbarats, Jean-François Dhuys, Simone Douek, Raphaël Enthoven, Jérôme Garcin, Thierry Garcin, Joëlle Gayot, Catherine Geel, François George, Laurent Goumarre, Hélène Hazéra, Jacqueline Hénard, Jacques Henric, Alexandre Héraud, Claude Kiejman, Marc Kravetz, Séverine Labat, Christine Lecerf, Philippe Le Villain, Blandine Masson, Catherine Pont-Humbert, Véronique Puchala, Odile Quirot, Jean-Christophe Rufin, Jean-Pierre Thibaudat, Hervé This, Chantal Thomas, Serge Toubiana, Jean-Marc Turine, Claire Vassé. Source (sur le site de France Culture).

[6Notamment Marc André, Yorgos Archimandritis, Philippe Artières, Mathieu Bénézet, Céline Béraud, Marie-Hélène Bernard, Jean Birnbaum, Jacques Coget, Anice Clément, Andréa Cohen, Philippe Cornu, Anne Lise David, Alain Dister, Jacques Erwan, Françoise Estèbe, Anne-Marie Faure, Bastien Gallet, Christine Goémé, Philippe Gumplowicz, David Jisse, Anouche Kunth, Daniela Langer, Laetitia Le Guay, Gérard Mannoni, Stéphane Martinez, Abdelwahab Meddeb, Philippe Piguet, Jurgen Pletsch, Catherine Pont-Humbert, Jean-Philippe Renoult, Christian Rosset, Ruth Scheps, Catherine Soullard, Gérard Tourtrol, Anne-Sophie Vergne, Cyril Vincensini, Pascale Werner, Michel Zink,[Première source (sur le site de France Culture :ici- [Deuxième source (sur le site de France Cultur : .

[7"Laure Adler marche à l’ombre" par Patrice Bollon [Le Figaro Littéraire 22 septembre 2005]. Au lecteur intéressé par Hannah Arendt, on recommandera plutôt l’excellente synthèse (biographie et analyse de l’œuvre) proposée par Sylvie Courtine-Denamy (Dossiers Belfond 1996).

Poursuite de la lente asphyxie de France Télévisions

De moins en moins de moyens, des projets de plus en plus redoutables.

Le Point sur les « imposteurs de la pensée »

Amnésie ou aveuglement journalistique ?

Double peine publicitaire pour les lecteurs des Inrockuptibles

Coïncidence fâcheuse ou noces (lucratives) de la publicité et du « rédactionnel » ?