Observatoire des media

ACRIMED

Critique des médias sur le web (juin-juillet-août 2013)

par Franz Peultier,

N° 26 de notre sélection bimestrielle d’articles de critique des médias parus sur le Web et disponibles gratuitement. Présentation des articles publiés en juin, juillet août 2013.



Pour de nombreux médias ces derniers jours, c’est entendu, il y a un « ras-le-bol fiscal », « les Français » en ont marre. Et de leurs médias, n’en ont-il jamais marre ? Où l’on verra qu’il y a parfois de quoi ressentir un ras-le-bol du journalisme commercial, un ras-le-bol du sexisme, un ras-le-bol des petites manipulations, et d’autres ras-le-bol divers...

Le ras-le-bol du journalisme commercial

- Le micro-trottoir universel (Arte Radio, octobre 2005) - Idée géniale d’Arte Radio et Thomas Baumgartner, que nous découvrons seulement maintenant : un micro-trottoir universel, où l’on trouvera l’ensemble des réactions habituelles qui sont données à entendre dans cet exercice journalistique.

- Racolage, complaisance, désinformation… C’est vraiment ce journalisme-là que vous voulez ? (acontrario.net, 29/06) - « Ces prétendues « boulettes », ces journalistes isolé-e-s qui commettraient « des erreurs » et dont les articles « passeraient entre les mailles du filet » (la bonne blague), ce sont plutôt des rédactions fermement dirigées par des gens qui veillent à la sauvegarde d’un système dont le principal objectif est de vendre. Vendre du papier, du clic, vendre à tout prix, y compris au prix d’une déontologie quotidiennement piétinée, d’êtres humains que l’on broie au passage, de la dignité des travailleurs, des pauvres, des exclus, des étrangers, des femmes, des enfants et d’une société toute entière, que l’on massacre médiatiquement jour après jour, avec efficacité et constance. »

Le ras-le-bol des petites manipulations

- Désinformation (La Gazette de Séoul, blog de Slate.fr, 21/08) - « Qu’apprenons-nous dans les rubriques actualité internationale de la presse en ligne française du 20 août ? Que la pénurie de femmes vierges serait le grand sujet d’inquiétude du leader nord-coréen Kim Jung-un, la virginité étant l’un des critères de recrutement de la “brigade du plaisir” chargée de divertir le dirigeant et quelques privilégiés. [...] Le problème c’est que les reprises françaises de l’article coréen n’en sont pas. Elles s’en inspirent certes, mais pour ensuite broder une histoire qui colle aux attentes de lectures estivales légèrement racoleuses : un dictateur vociférant qu’on ne lui ramène pas assez de jeunes vierges, car celles-ci sont occupées à faire le tapin dès 16 ans. »

- Une Leçon D’Histoire De Laurent Joffrin (Sébastien Fontenelle, 29/08) – « Dans son éditorial de la semaine, Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur et renomméditocrate barbichu, écrit que l’intervention occidentale en Syrie doit être « une évidence ». Car, explique-t-il, très sûr de lui : « L’Irak mis à part, aucun pays n’a fait usage de l’arme chimique au combat depuis près d’un siècle. » Traduction : depuis que ces foutus Chleuhs ont balancé des obus au chlore sur nos tranchées circa 1915, plus personne, fors Saddam H., ne s’était abaissé à ce terrifiant niveau de barbarie. C’est totalement faux : dans la vraie vie, comme on sait, les États-Unis ont par exemple fait, il y a moins d’un demi-siècle, un usage immodéré de cette arme. »

- Marseille : quand "Le Figaro" déforme la réalité (laprovence.fr, 26/08) - « dans le même article, publié dans la foulée du règlement de comptes de l’Estaque, Catherine Sentis, administratrice générale du MuCEM, se retrouve à déplorer l’arrivée de boutiques de luxe sous les voûtes de la Major. "Cela ne marchera pas. C’est un appel au vol ! (...) Que croyez-vous qu’il arrivera aux clients fortunés une fois qu’ils regagneront leur véhicule stationné près du quartier du Panier ?" Problème, cette même Catherine Senstis assure n’avoir "jamais été sollicitée pour un entretien". »

- Valls versus Taubira : Le Monde doit revoir sa copie (Sébastian Roché, 12/08) - « Dans son édito du 15 août 2013, Le Monde explique que « l’affrontement entre Manuel Valls et Christiane Taubira sur le projet de réforme de la politique pénale en préparation est symptomatique du clivage profond qui continue à diviser la gauche dès qu’il est question d’arbitrer entre sécurité et liberté, entre police et justice, entre protection des citoyens et promotion de l’Etat de droit ».

- La délinquance explose… ou pas (Le Monde.fr, 10/09) - « "Insécurité, l’alerte rouge", titre ce matin, mardi 10 septembre, Le Figaro. Le quotidien assure, en "une", que "tous les indicateurs des statistiques de la délinquance du ministre de l’intérieur sont à la hausse" (Lire ici et ici). Décryptage. »

Le ras-le-bol du sexisme et de la culture du viol

- Le magazine Lui version 2013 est l’ennemi des femmes et des hommes civilisés (Vice.fr, 05/09) - « Lui est donc là pour sauver le monde en glorifiant le « connard d’hétérosexuel », un type transphobe qui se revendique « ami des gays » à condition qu’ils n’essaient pas de l’enculer, des femmes du moment qu’elles ont le cul à l’air et de la littérature parce que parfois, il pense à d’autres trucs que sa bite. Se vanter d’être un « connard d’hétérosexuel » me semble à peu près aussi pertinent que de me faire tatouer « salope » sur le front, mais passons. Je comprends leur position : tout ça c’est une vaste blague, hein, on n’est « pas des beaufs » et de toute façon, les traits sont tellement grossiers que si l’on ose critiquer, c’est qu’on n’a pas compris toute l’ironie qui se cache derrière – en clair, les filles, que vous n’avez aucun humour. »

- Article pro-pédophilie publié par le magazine Causette  : le directeur de publication annonce qu’il me retrouvera au tribunal (Gaëlle-Marie Zimmermann, acontrario.net, 29/06) - « Les articles pro-pédophiles, comme l’est celui de Causette, sont, je le répète, un outil de silenciation des victimes. Ils participent à la culture du viol. Il érotisent la pédocriminalité. Ils sont sexistes, lesbophobes et violents. Et ne parlons même pas de l’islamophobie à peine voilée contenue dans l’article. Comment peut-on admettre qu’un magazine qui se dit féministe publie de tels contenus ? Comment admettre la négation des victimes contenue dans de tels articles ? »

Ras-le-bol divers

- Le traitement médiatique d’un fait divers au mois d’août (Infographie de Custinda postée sur son compte Twitter, 11/08) - De l’écrasement d’un chien à la une du Figaro sur la cacophonie au gouvernement, le parcours d’un fait divers dans les médias.

- J’ai infiltré lequipe.fr (Cahiers du football, 29/08) - « Coup de filet : ayant pénétré l’intimité du site lequipe.fr, on vous dévoile les projets secrets qu’il nous réserve dans les semaines à venir.
Il m’a fallu quelques heures pour trouver le mot de passe ("testelin98") permettant d’accéder à la boîte mail du rédacteur en chef de lequipe.fr. À partir de là, sans le moindre scrupule, j’ai fouiné. Parce que les gens ont le droit de savoir, voici, dans son intégralité, le courriel envoyé la semaine dernière par le comité chargé de mettre au point les stratégies pour la rentrée 2013. Les applications de ces recommandations ont déjà commencé. »

- Lettre d’une pigiste perdue dans l’enfer syrien (NouvelObs.com, 31/07) - « Du reporter freelance, les gens gardent l’image romantique d’un journaliste qui a préféré la liberté de traiter les sujets qui lui plaisent à la certitude d’un salaire régulier. Mais nous ne sommes pas libres, bien au contraire. Rester en Syrie, là où personne ne veut rester, est ma seule chance d’avoir du boulot. Je ne parle pas même d’Alep, pour être précise. Je parle de la ligne de front. Parce que les rédacteurs en chef, en Italie, ne veulent que le sang et les « bang bang » des fusils d’assaut. J’écris à propos des groupes islamistes et des services sociaux qu’ils mettent à la disposition des populations, les racines de leur pouvoir – une enquête beaucoup plus complexe à mener que le traditionnel article en direct du front. Je fais tout mon possible pour expliquer, et pas seulement pour émouvoir, et je me vois répondre : « Qu’est-ce que c’est que ça ? Six mille mots et personne ne meurt ? »

 
  • Enregistrer au format PDF

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.

Jeudi d’Acrimed : la « vie au poste » de Samuel Gontier, journaliste de canapé (15 décembre)

Retour sur huit années de gardes à vue télévisuelles.