Observatoire des media

ACRIMED

Critique des médias sur le web (janvier- février 2014)

par Franz Peultier,

N° 28 de notre sélection bimestrielle d’articles de critique des médias parus sur le Web et disponibles gratuitement. Présentation des articles publiés en janvier et février 2014. La première sélection de cette année est plutôt diversifiée, d’où l’absence de présentation thématique. Pour vous allécher, sachez que vous trouverez le démontage d’une étude sur la téléréalité et de propos de Caroline Fourest, des témoignages de déçus du journalisme, une analyse du poids pris par Facebook dans le partage de l’information, un plagiat du Figaro.fr, et un drôlissime montage de chaînes locales américaines…

- La téléréalité ne rend pas plus bêtes ceux qui la regardent (Slate.fr, 05/02) – « C’est l’une des conclusions de cette enquête qui a généré des dizaines d’articles. L’un des résultats révélait en effet que « le visionnage très fréquent des programmes de téléréalité et de séries romantiques a un impact négatif sur les résultats scolaires ». Il n’en fallait pas plus pour que fleurissent des articles aux titres forcément lapidaires, parfois réducteurs, voire franchement faux. »

- Les contre-vérités de Caroline Fourest sur Frédéric Taddeï (lesinrocks.com, 29/01) – « Autre reproche de taille. Caroline Fourest estime que Frédéric Taddeï élève au rang “d’expert” des invités sulfureux, sans préciser leur pedigree. Cet argument ne tient pas. Lorsque l’on revisionne les trois émissions où Alain Soral a été invité, on se rend compte que son passage au Front national est à chaque fois mentionné. Même chose concernant Alain de Benoist qui est présenté comme “le théoricien de la Nouvelle Droite dans les années 70”. »

- Manif du 22 février à Nantes : chronique d’un matraquage médiatique (Paris-luttes.info, 27/02) - Les médias dansent avec les autorités un ballet de vieux couple, se nourrissant de la superficialité des évènements et se contentant d’y coller les messages glanés ici et là au gré des prises de parole politiques ou d’échos qui retentissent plus ou moins fort dans l’émotionnel populaire. A la fin il n’en reste dans l’imaginaire télévisuel que des paysages enflammés et enfumés qui englobent tout Nantes dans un enfer de saccages perpétrés par des hordes de silhouettes fantomatiques, masquées et armées de pavés.

- Le pujadisme est-il un pluralisme ? (lmsi.net, 12/02) - « Bilan du débat : tous les intervenants saluent, sans bien sûr le nommer ainsi, le travail de lepénisation des esprits accompli par Manuel Valls, ses propos racistes, sa violence envers les Roms, son occultation des violences policières, son islamophobie, ainsi que la continuité de ses politiques antimigratoires avec celles de ses prédécesseurs (Hortefeux, Guéant, Besson, Alliot-Marie). À peine lui est-il reproché de n’être pas assez lui-même, d’aller dans la bonne direction mais pas assez loin. »

- Municipales : une « iniquité médiatique » qui profite au Front National (Vincent Goulet sur son blog Mediapart, 10/03) – « Alors que France 3 Alsace a organisé le 8 février un débat télévisé avec les quatre principaux candidats (LO ne s’était pas encore déclaré), un mois plus tard, début mars, France Bleu Alsace et Alsace 20, la chaine télévisée locale, ont refusé d’inviter la tête de liste du Front de gauche à leurs débats respectifs pour Mulhouse qui, une fois de plus, ne réunissent que l’UMP, le PS et le FN. Pour le rédacteur en chef d’Alsace 20, il n’y a pas d’antécédents électoraux qui montrent l’importance du Front de Gauche. Et pour cause, en 2008, le Front de gauche n’existait pas. »

- Vis ma vie de pigiste non rémunéré (Tribune sur Rue89, 23/01) - « De plus en plus de rédactions ne se contentent plus d’une présentation d’une page du projet. De plus en plus souvent, nous devons rendre des « séquenciers » : plusieurs feuilles dans lesquelles nous donnons dans le détail le déroulé du reportage et les noms des personnes que nous prévoyons d’interviewer. Un travail qui nécessite des jours, parfois des semaines d’enquête. Une période pendant laquelle nous ne sommes pas payés et n’avons aucune certitude de réaliser le sujet. »

- Pourquoi je ne deviendrai jamais journaliste en France (Rue89, 21/02) – « On m’appelle ‘’fixeuse’’ (francisation de l’anglais « fixer »), nom qui est déjà loin d’être gracieux. Il s’agit des intermédiaires entre les journalistes étrangers et la population locale. Toutes les équipes de journalistes du monde font ainsi appel à des fixeurs, mi-traducteurs, mi-enquêteurs, lorsqu’ils se rendent à l’étranger. [...] Les journalistes travaillent pour une émission de reportage, une des plus connues de la télévision française. [...] Mais le comportement de cette équipe de reportage a dépassé tout ce que je pouvais imaginer. »

- Partage cet article si toi aussi t’es d’accord avec le titre (Slate.fr, 21/02) – « Sur Internet, les marronniers sont bien différents de ceux de la presse traditionnelle. Les bouchons sur les routes et les chutes de neige n’intéressent personne. Ce qui circule, ce sont plutôt des articles sur les hipsters, les coffee shops, les 30 signes qui prouvent qu’on va bientôt avoir 30 ans ou des études qui prouvent qu’une bière par jour, c’est bon pour la santé. Les jeunes urbains actifs sont en train d’imposer leur mode de vie aux sites d’info, comme la France rurale a imposé le menu de son 13h à Jean-Pierre Pernaut. »

- Plagiats chez Amazon : Le Figaro bien inspiré (Actualitté, 11/03) – « Alerté au cours du week-end sur [une] entreprise de contrefaçon constatée sur Amazon, ActuaLitté a pris soin de consulter les articles des blogueurs, et de contacter le réseau social Babelio, victime collatérale d’un exercice de contrefaçon. Une internaute s’était amusée à reproduire sans autorisation des chroniques de livres sur le site marchand. Notre article sur le sujet est intervenu à 9h45, heure de Paris, quand celui du Figaro est apparu à 17h24. Selon toute probabilité, la rédaction aurait cherché durant plusieurs heures comment mettre un hyperlien dans son sujet, et, de guerre lasse, s’est décidée à publier son papier, sans source aucune. Après quelques secondes de lecture, on se demande toutefois si le papier de nos confrères ne serait pas issu de l’entreprise de copier-coller de chroniques constatée chez Amazon, et que pratiquait l’internaute prénommée Coline. »

- L’insécurité dans les médias vue de Python-Duvernois (Le 75020.fr, 24/01) - « Le 24 septembre 2013, une fusillade éclatait dans le quartier Python-Duvernois près de la Porte de Bagnolet sans faire de victime. Sujet d’un reportage dans le journal télévisé de France 3 le 3 octobre, ce fait divers a aussi été mis en avant par la maire du 20e arrondissement Frédérique Calandra pour réclamer l’extension de la future Zone de Sécurité Prioritaire à ce quartier. […] Au-delà des dégâts infligés à l’image d’un quartier déjà en difficulté sociale et économique, ce travail met en lumière le fossé qui sépare la population et les médias censés les informer, ainsi que les manques de moyens et de temps dont disposent les journalistes pour faire leur travail correctement. »

- LePoint.fr censure Didier Super, le red’chef assume (Streetpress, 03/03) - Le 16 février, LePoint.fr publie un sondage en homepage de son site : « Êtes-vous favorable à la proposition du Medef d’en finir avec le régime des intermittents du spectacle ? » Car quelques jours plus tôt, Pierre Gattaz, le président du Medef, avait expliqué vouloir mettre fin au régime des intermittents du spectacle. L’occasion pour Didier Super de ressortir son argumentaire en postant un commentaire sur la page du sondage du Point.fr . Sur le site, 63% des internautes du Point.fr défendent le statut proposé aux artistes. Mais critiquer le Medef ne serait pas vraiment du goût des modérateurs.

- La presse jeu vidéo est-elle indépendante ? (Blog de Leulier, 24/02) – « Comme une grande partie de la presse spécialisée d’autres domaines, la presse jeu vidéo fait face à un problème central pour son indépendance : l’immense majorité de l’information est produite par les éditeurs. C’est inévitable et c’est pour cela qu’imaginer une presse jeu vidéo totalement indépendante des éditeurs est illusoire. »

- Signalons le Tumblr ouvert par les salariés de Libération menacés d’être transformés en réseau social : http://noussommesunjournal.tumblr.com/. Mais n’oublions pas de signaler, également, ces deux articles un peu moqueurs : Libération : nous sommes une valise, une foodbox, un pop-up store et Rappelons Aux Salarié(e)s De "Libération“ Que « La Vie Sourd De L’Initiative » (Et Que Rien N’Est Plus Stimulant Que De « Changer Plusieurs Fois De Profession Dans Une Même Existence »).

- Pour finir, une vidéo extraite de l’émission américaine animée par Conan O’Brien. Elle est en anglais, mais l’essentiel n’est pas de comprendre ce que les journalistes disent. Il s’agit simplement de constater que d’une chaîne locale à l’autre, tous ont répété la même phrase, probablement issue d’un communiqué de presse, à propos des cadeaux de Noël que l’on achète pour soi en plus de ceux que l’on achète pour les autres. Amusant et déprimant.

 
  • Enregistrer au format PDF

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.