Observatoire des media

ACRIMED

« L’Europe, L’Europe... »

Comptage des intervenants à la télé en avril 2005 (“Arrêt sur images”, F5)

Après avoir présenté, le 10 avril 2005, le nombre d’intervenants sur le Traité constitutionnel européen à la télévision entre le 1er janvier et le 31 mars 2005 [Lire Comptage des intervenants à la télé de janvier à mars 2005 (“Arrêt sur images”, F5).], l’émission « Arrêt sur images » du 8 mai 2005, intitulée « Référendum : les médias sont-ils neutres ? », a livré ses chiffres du mois d’avril.

Voici donc les données extraites de la séquence consacrée à « l’info-chronométrage du mois (comptabilisation d’Aurélie Windels, présentée par Perrine Dutreil), complétée par des précisions données dans l’émission suivante, le 15 mai.

I. Toutes émissions confondues

Rappel des chiffres du 1er janvier au 31 mars 2005
- Nombre d’intervenants favorables au « Non » : 29%
- Nombre d’intervenants favorables au « Oui » : 71%

Un « rééquilibrage » quasi-inexistant qui permet de mesurer notamment l’influence du CSA !

II. 50 % d’intervenants pour le oui, 50 % pour le non pour les émissions suivantes : Mots croisés (France 2), 100 minutes pour comprendre l’Europe (France 2), Pour un oui, pour un non (France 3), Ripostes (France 5).

III. MAIS

Donc :

- France Europe Express : Oui, 69% ; Non, 31%
- Vrai Journal : Oui, 71% ; Non, 29%
- Question ouverte (France 2) : Oui, 75% ; Non, 25%
- Invités étrangers dans les émissions politiques : Non, 0%

Et :

- JT, toutes chaînes confondues : Oui, 67% ; Non, 33%

Rappel des chiffres pour les JT du 1er janvier au 31 mars 2005
- Nombre d’intervenants favorables au « Non » : 27%
- Nombre d’intervenants favorables au « Oui » : 73%

Rappel des chiffres dans les émissions politiques (« Question ouverte », « Face à la Une », « France Europe Express », « Le Vrai journal » de Karl Zéro) du 1er janvier au 31 mars 2005.
- Nombre d’intervenants favorables au « Non » : 30%
- Nombre d’intervenants favorables au « Oui » : 70%

Vous avez dit « émissions de propagande » ?

Tous ces chiffres ne tiennent compte ni de la place occupée par les chroniqueurs, présentateurs et « experts », ni des conditions d’expression qualitativement très différentes entre les intervenants. Sur ces points, l’émission d’ « Arrêt sur Images » a fourni de précieuses indications sur lesquelles nous reviendrons...

Nota bene : Le dernier relevé du CSA consacré à la couverture de la campagne du référendum par les chaînes généralistes de télévision (TF1, France 2, France 3, M6, France 5 et Canal+)) entre le 4 et le 29 avril, dans les journaux télévisés et les magazines n’a déclenché... aucune dépêche de la part de l’AFP à ce jour, lundi 9 mai. Pourtant ce relevé consacre la disproportion de l’antenne en faveur du oui (63% contre 37% pour le non) soit 18 heures et 10 minutes pour le oui, contre 10 heures et 40 minutes pour le non.


Précisions données le 15 mai : les temps de parole sur TF1

Lors de l’émission « Arrêt sur Image » (ASI) du 15 mai 2005, Daniel Schneidermann est revenu sur les chiffres concernant l’équilibre du temps de parole entre le oui et le non dans les journaux de Tf1, après une déclaration de PPDA, qui affirmait que les comptes du oui et du non étaient à égalité sur Tf1 : « Depuis le début de cette campagne nous nous tiendrons au strict équilibre. A titre d’information, dans l’ensemble de journaux télévisés depuis le début de cette campagne, nous en sommes à 49,4% pour le oui et à 50,6% pour le non. Cela se joue comme vous le voyez à quelques secondes près. » Des chiffres en contradiction avec ceux communiqués par ASI la semaine précédente.

Précisions apportées : ASI n’avait pas compté le temps de parole, mais le nombre d’intervenants toutes chaînes confondues (rappel : 67% pour le oui, 33% pour le non).

Après enquête, selon les critères d’ASI, le décompte en temps de parole était de 59% pour le oui, 41% pour le non, chef de l’Etat compris.

Mais si l’on considère, comme le CSA, que le temps de parole du chef de l’Etat ne doit pas être compté en faveur du oui, les chiffres s’établissent à 55% pour le oui et 45% pour le non.

Cinq séquences présentées au cours de l’émission illustraient ensuite ce qui n’est compté ni par le CSA, ni par Tf1 : trois interventions directes de Chirac, dont une avec Schröder et deux commentaires de journalistes rapportant des propos du chef de l’état en faveur du oui.

 
  • Enregistrer au format PDF

Sexisme médiatique ordinaire chez Thierry Ardisson

Salut les sexistes !

Petite histoire des ordonnances de 1944 sur la liberté de la presse et de leur destin

Des « jours heureux » aux mauvais jours de la presse.

Plantu, éditorialiste mondain, combat le Front national

… en raison de son amicale complicité avec La France Insoumise ?