Observatoire des media

ACRIMED

De l’ "antiaméricanisme" au négationnisme et à l’antisémitisme

Cela ne mérite même pas un droit de réponse

A propos d’une tribune publiée par "Le Monde"

On a lu ça :

" Auguste Bebel avait coutume de répéter que l’antisémitisme est le socialisme des imbéciles. Aujourd’hui, l’antiaméricanisme est la radicalité des crétins. Cette "vision" n’est pas limitée à la France : aux Etats-Unis, un Noam Chomsky (régulièrement publié dans Le Monde diplomatique) en est venu, en bon logicien, à douter de la réalité des chambres à gaz nazies ou du génocide polpotiste au Cambodge, puisque le gouvernement américain les dénonce. " [1]

Jean-Louis Margolin, Le Monde, samedi 29 mai, p. 20 (souligné par nous)

On aurait pu répondre ainsi... On ne l’a pas fait, devinez pourquoi...

Jean-Louis Margolin, dont la profondeur de vue n’a d’égal que le sens de la nuance enrichit le débat dans Le Monde du 29 mai d’un raccouci saisissant de vérité sur les capacités d’analyse de son auteur. Pour cet esprit délié, toute critique de la stratégie de l’OTAN témoigne d’un antiaméricanisme imbécile, qui mérite - comparatisme oblige - d’être assimilé à... l’antisémitisme : " Auguste Bebel avait coutume de répéter que l’antisémitisme est le socialisme des imbéciles. Aujourd’hui, l’antiaméricanisme est la radicalité des crétins ", semblable à l’antisémititisme. Et Le Monde, pourtant submergé de " points de vue " au point de ne savoir lequel publier, non seulement trouve ça intéressant, mais choisit de mettre en valeur l’aphorisme margolinesque.

Il est vrai que, de son côté, remarque par prenthèse notre analyste, Le Monde Diplomatique ose publier " régulièrement " des articles de Noam Chomsy : si l’on comprend bien, il devrait être censuré. Pour quel crime ? En être venu à " douter de la réalité des chambres à gaz nazies et de la réalité du génocide polpotiste au Cambodge ". Cette calomnie - qui n’a pu échapper à la rédaction du Monde - relève de la simple diffamation. Il est vrai qu’un bon historien, comme tout bon journaliste contrôle soigneusement ses sources. A moins que contaminé par son objet d’étude - le communisme stalinien - notre chercheur ne lui emprunte ses pires procédés.

*** p.c.c Noam Chomsky

P.S : Le 29 mai 1999. Le même margolin affirme que Régis Debray, Pierre Bourdieu, Jean Clair renvoient dos à dos massacrés et massacreurs (autrement dit les forces serbes et les kosovars). Ils ont tous affirmé strictement l’inverse. Mais sans doute le noble historien a-t-il pu établir que les documents étaient falsifiés.

Post P.S : Après s’être accordé un délai de réflexion, Le Monde du Jeudi 3 juin publie une " précision " qui commence ainsi : " Le philosophe et linguiste américain Noam Chomsky n’a jamais douté de la réalité des chambres à gaz nazies, contrairement à ce qu’affirmait l’un des points de vue publié dans nos éditions du 29 mai ". Et la " précision " de rappeler les déclarations de Noam Chomsky. Mieux vaut tard que jamais. Sans doute, mais :

- Pourquoi ne pas mentionner le nom de l’auteur du "point de vue" ? Par crainte d’être désobligeant ?

- Pourquoi ne pas "préciser" la position de Chomsky sur les massacres polpotistes au Cambodge ?

- Pourquoi, après avoir rappelé les prises de position - certes contestables - de Chomsky sur la liberté d’expression de ce qu’il nomme lui-même la "petite secte de cinglés" négationniste, indiquer que c’est elle qui a été "vivement contestée", sans dire que tel n’était pas l’objet de la contestation de margolin.

Des "précisions" fort imprécises...

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1C’est nous qui soulignons.

Le gouvernement s’attaque à l’audiovisuel public – Le Parisien en redemande

Un projet en forme de réduction drastique du périmètre ainsi que des moyens financiers humains et techniques de France Télévisions et Radio France.

Dupont-Moretti face au procureur Demorand

L’animateur-intervieweur oublie qu’il est journaliste et se mue en commentateur jugeant des qualités morales de son invité.

Défiscalisation et publireportage dans L’Obs ?

L’Obs se préoccupe de l’épargne de ses lecteurs fortunés.