Observatoire des media

ACRIMED

Brigitte Macron et la litanie sexiste des médias

par Aurore K. , Pauline Perrenot,

Le traitement médiatique des premiers jours de la nouvelle présidence française a été marqué par une fascination sans borne pour les moindres faits et gestes d’Emmanuel Macron, et, par la même occasion, par une déferlante sexiste ayant spécifiquement accompagné ceux de Brigitte Macron. Cette déferlante rappelle à quel point les grands médias, car le phénomène est loin de se cantonner aux magazines dits « féminins », contribuent à renforcer les stéréotypes de genre et, par là-même, l’image rétrograde – et tout en luxe – d’une « Première dame », consacrée par ce titre usurpé, mais réduite au paraître.

Les rituels de l’investiture présidentielle française ont donné l’occasion aux médias de produire de longues, très longues heures de commentaires. Reconvertis en speakers et animateurs de défilés de mode, il leur fallait, ici décrire telle poignée de mains, là commenter telle arrivée à l’Élysée. Et tout au long de ce spectacle – « peopolisation » et protocoles aidant – les commentaires sexistes à l’égard de Brigitte Macron sont loin d’avoir été rares.


La « Première dame-tailleur », ou le renforcement des stéréotypes de genre

Durant la campagne présidentielle, la journée d’investiture d’Emmanuel Macron ou le sommet de l’OTAN, les médias n’ont cessé de co-construire le seul rôle visiblement assigné à la dite « Première dame » : paraître. « Co-construire » car le couple présidentiel a très tôt participé, à l’aide d’une vaste campagne de communication, à sa propre mise en image et à sa propre peopolisation. Et ce, y compris en favorisant parfois un affichage de la « Première dame » peu soucieux des stéréotypes de genre. Le jour de l’investiture, par exemple, Laurence Haïm, porte-parole d’« En Marche », ne se retenait pas de tweeter la tenue qu’allait porter Brigitte Macron, une démarche qui conduit à ne la mettre en valeur que sous le prisme de l’habillement.

Mais force est de constater que de nombreux médias se sont engouffrés, tête baissée, dans la brèche ouverte par cette communication, devenant tout à la fois relais et producteurs de clichés sexistes. En effet, on ne compte plus les articles ni les journalistes multipliant les références à sa tenue vestimentaire, son âge, ses jambes, remplaçant ainsi systématiquement le contenu par le contenant... Tant et si bien que Brigitte Macron n’est devenue au bout du compte qu’un simple (et vieux) tailleur bleu lavande.

Les magazines dits « féminins » ont largement contribué au renforcement de ces stéréotypes, confirmant ainsi leur responsabilité dans la « construction médiatique d’une "féminité" » bien particulière qu’analyse Mona Chollet dans Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine [1] dont nous avons publié un extrait ici-même [2]. À grand renfort de diaporamas qui transforment leurs « articles » en véritables défilés de mode numériques, les magazines féminins ont en effet très souvent évoqué Brigitte Macron en ne mentionnant que sa tenue vestimentaire [3].

- Ainsi de Grazia  :




Une version remâchée d’un article publié le soir de l’élection, où la même auteure explicitait davantage l’angle de son papier en le garnissant d’un « Alerte Mode » dès le chapeau :




Utiliser le « buzz » qui a déjà libre cours sur les réseaux sociaux est un bon prétexte pour entretenir les clichés et les obsessions journalistiques. En « décryptant » la tenue de Brigitte Macron au fil de tweets d’internautes, l’auteure de Grazia continue à lui attribuer le rôle de mannequin n’existant que par son habillement :




- Elle n’est pas en reste...




- Femme actuelle précise à son tour :




- Et Gala, n’hésite pas à assigner à la « Première dame », visiblement en manque de consistance sociale, un rôle tout trouvé... celui de « Première dame du look  », évidemment :




Et l’on ne compte pas les magazines « people » qui, à l’instar de Closer, se sont eux aussi engouffrés dans la brèche :




De façon générale, la grande majorité de ces portraits dessine un visage bien particulier de la féminité, correspondant, à bien des égards, au « modèle imposé » dont parle Mona Chollet dans son ouvrage (mentionné plus haut) :

Ce n’est pas seulement la diversité des couleurs de peau qui manque dans notre environnement culturel : ce sont aussi, tout simplement, les représentations de manières diverses d’être une femme. […] Sur nos murs, sur nos écrans, dans les pages des magazines, un seul type de femme s’impose donc : le plus souvent blanche, certes, mais aussi jeune, mince, sexy, apprêtée.

En insistant sur des caractéristiques physiques aussi particulières, les médias féminins utilisent la figure de Brigitte Macron pour renforcer ce modèle-type, ce « canon de beauté ». Illustration sans autres commentaires par l’article de Gala  :




Filiations vestimentaires entre « Premières dames »

Le jour de l’investiture d’Emmanuel Macron, l’obsession pour la tenue de Brigitte Macron a été renforcée, dans de nombreux médias en compétition de clics, par d’éloquents parallèles historiques... Et c’est ainsi que, de filiations en ressemblances, plusieurs autres « Premières dames » (comme ils disent) sont à leur tour (re)devenues de simples vêtements. Par commodité et pour économiser nos forces, nous n’avons relevé que les titres, mais les comparaisons apparaissent dans le corps de nombreux articles.

- Chez 20Minutes...




- Chez Closer




- Au Huffington Post :




- Chez « Ohmymag » (le « média social féminin ») :




Nous sommes toutes des tailleurs bleus ! Mais pas seulement... La violence symbolique des stéréotypes de genre est redoublée par la violence de classe véhiculée par tous ces articles au ton souvent prescriptif : les « conseils beauté », de haute couture en ornements glamour, sont loin, quoi qu’on en pense, de pouvoir être pris en compte par toutes les catégories sociales... Et ce, sans parler de la publicité constante pour des marques de luxe comme celles du groupe LVMH, comme on a pu le lire dans Le Point :




Une promotion reprise par le Figaro, qui ne semble pas effarouché par cette complicité entre média et industrie du luxe :

Cette robe a été dessinée spécialement pour l’occasion par Nicolas Ghesquière, directeur artistique de la maison Vuitton. Cette tenue, ainsi que le sac Vuitton qui l’accompagne, lui a été prêtée. Ce sac, modèle « Capucines », Brigitte Macron l’aurait de toutes les couleurs. Au point que la maison penserait à le rebaptiser « Brigitte », comme le « Kelly » de la maison Hermès est un hommage à Grace Kelly, princesse de Monaco.


Les médias généralistes ne sont pas en reste

Les « magazines féminins » n’ont pas eu le monopole des comportements sexistes à l’égard de Brigitte Macron et de la construction d’une image de « femme-tailleur » : de nombreux médias généralistes ont déguisé sans scrupule des « articles-mode » en les glissant sous la rubrique « Politique », pour s’en donner à cœur joie, et ce depuis le début de la campagne.

Citons entre autres :

- Une vidéo de LCI...




- … le « décryptage » de Maryse Burgot et Marion Ruggieri sur France 2, retranscrit par Samuel Gontier :

Brigitte, c’est une star, décrypte [Marion Ruggieri]. C’est Bibi. Emmanuel Macron la surnomme “Bibi” ; elle, elle l’appelle “Chéri”. Madame Macron qui arrive avec un tailleur bleu clair, très souriante, accueillie par Brigitte Jouyet [poursuit Maryse Burgot]. Elle est habillée en Louis-Vuitton , s’interpose Marion Ruggieri. Et elle porte un sac Capucine qu’on rebaptiserait le sac Brigitte. […] Une jupe assez courte par rapport au protocole…

Ces exemples sont loin d’être isolés : peu nombreux sont en effet les médias à ne pas avoir cru bon de gloser autour des vêtements de Brigitte Macron et à ne pas reprendre [4] la même dépêche AFP selon laquelle la « Première dame » portait « une robe et une veste bleu lavande » le jour de l’investiture... Glose vestimentaire et reprises d’une même dépêche : double misère du journalisme.

- La version « Madame » du Figaro va même plus loin :

Brigitte portera un tailleur bleu lavande accompagné d’une veste à double boutonnage, nous apprend l’AFP dans la matinée. […] La jupe est courte, pour le protocole. Une marque de fabrique chez Brigitte Macron, dont la tenue du jour est déjà largement commentée sur les réseaux sociaux.

Enfin, de nombreux journalistes de grands médias et de médias dits généralistes se sont illustrés, peut-être plus encore que ceux et celles des magazines dits « féminins », par des remarques et « blagues » sexistes sur l’âge de Brigitte Macron.

- Charlie Hebdo, usant et abusant des droits prétendument imprescriptibles de l’humour, a choisi de célébrer l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, en évoquant l’âge de sa femme, désormais incapable de donner la vie à des enfants (avant d’ironiser dans la « Une » du numéro suivant sur le vieillissement d’un Président qui, au terme de plusieurs quinquennats, tiendrait dans sa main l’urne funéraire de sa femme,




- Quant à Éric Brunet, éditorialiste multicarte, il s’est remarquablement illustré à propos de l’âge de Brigitte Macron, au cours de l’émission « Salut des terriens » du 20 mai :

« Napoléon – Macron, il y a beaucoup de points communs
Bon, ils sont gérontophiles tous les deux... »

Sexisme/antisexisme : quand les médias se contredisent

De nombreux médias se sont livrés, au sujet de Brigitte Macron, à une double injonction, en principe contradictoire, que l’on peut résumer comme suit : « Il faut arrêter de juger Brigitte Macron sur son look, et d’ailleurs regardez comme elle est bien habillée ». De l’art de dénoncer le sexisme tout en entretenant soi-même les clichés sexistes... Tel est le luxe de ce langage paradoxal, qu’il soit à l’œuvre dans deux articles différents parus dans le même média, ou, encore pire, dans un seul et même article !

C’est le cas, par exemple, d’une « chronique » intitulée « En finir avec "la femme forte de l’ombre" » publiée par Grazia  :

On a vu une cagole [5] passer, la conversation a dérivé vers notre première dame. Parce qu’elle a le côté un peu réconfortant de la cagole, Brigitte, celle qui est trop fardée sans être trop bourgeoise, rassurante par son âge et son métier. On aime l’aspect sulfureux et transgressif de cette femme de 64 ans avec un mec de 39, qui nous rassure sur notre propre vie sentimentale branque. Et puis, elle s’avère drôle et brillante. "Elle a dit que, vu son âge, elle n’aurait pas pu attendre le prochain quinquennat pour briller", s’amusait quelqu’un ce soir-là. Une vraie conversation de PMU, un peu à ras du plancher. […] Et en même temps, on peut dire que les médias n’ont pas aidé à élever le débat. En grattant un peu, au fil de la nuit, il y a un ressenti qui nous dérange. Un effluve de misogynie qui accompagne les commentaires sur son tailleur Vuitton.

Mais dans le registre du « sexisme-antisexiste », le cas de La Dépêche est sans aucun doute le plus… exemplaire. Le titre, amputant Brigitte Macron de son nom de famille, donne le ton de la condescendance, déguisée en bienveillance, qui berce le reste de l’article :




L’illustration est ainsi légendée : « Simplicité, charme et prévenance : Brigitte Macron a illuminé hier de sa présence la journée d’investiture de son mari »... Doit-on comprendre « comme se doit de le faire une bonne épouse » ?

Et cette prose se poursuit tout du long :

Avec son sourire, son tailleur bleu ciel, et son bonheur à serrer des mains, elle a éclairé cette journée officielle. Elle savait bien qu’elle serait observée, scrutée. Hier, sous les ors de l’Élysée, Brigitte Macron a sans doute mesuré le poids d’un destin qu’elle n’avait jamais envisagé.

De la « formidable maîtresse de maison » à « Bibi pour les intimes » qui se sacrifie pour « toujours accompagner son mari dans son irrésistible ascension », en passant par la galerie des qualités que se doit d’observer une femme digne de ce nom [6], le journaliste à la plume romanesque ne nous épargnera aucun cliché sexiste, dont celui, non des moindres, consistant à faire de Brigitte Macron le (faux) sujet totalement passif et décoratif de l’article. Un traitement qui n’aurait été que tristement révélateur du sexisme ordinaire de la presse s’il ne s’était pas conclu, comble de l’ironie, par le dernier paragraphe suivant, ainsi sous-titré :




À ce stade, force est d’avouer que les mots nous manquent.

Et si La Dépêche remporte cette fois-ci la palme du « sexisme-antisexiste » on retrouve ce phénomène paradoxal dans de très nombreux médias, notamment à travers la publication de différents articles qui, quoique tous « maison », se révèlent être totalement contradictoires.

- Ainsi de Marie-Claire :




puis :




- De même dans L’Express :





Ces articles n’empêchent pas le même hebdomadaire de déplorer (à raison bien sûr !) le « romanesque et le sexisme » des commentaires de ses confrères et consœurs du service public :




Experts en « nature féminine »

On remarquera enfin comment, sous couvert de lutte contre le sexisme, de nombreux médias font intervenir des « experts » pour commenter l’habillement et les postures de Brigitte Macron, leurs évolutions, et ce qu’elles disent de son caractère. Un schéma dit « essentialiste », c’est-à-dire qui dresse des analyses sur la personnalité et les positionnements politiques d’une femme (nombre de ces articles figurent en outre sous les rubriques « Politique ») en fonction de son apparence physique. C’est ainsi que la coiffure de Brigitte Macron signifierait son dynamisme, la couleur de ses yeux sa joie de vivre, etc. Ses vêtements se chargeraient également d’une nébuleuse portée symbolique, tels ses pantalons slim ou encore le manteau porté aux différentes victoires de son mari…

À ce « jeu », L’Express est roi, qui, non content d’apporter sa pierre à la construction d’une « femme-marque et objet », essentialise son poids politique à l’aide de deux « experts en images » [7]. Nous nous contenterons ici de citer quelques passages de cet article interminable titré « Comment le style de Brigitte Macron sert-il Emmanuel ».

C’est un fait : Brigitte Macron laisse peu de gens indifférents. Au-delà du bon ou du mauvais goût, son allure profite-t-elle au candidat Emmanuel Macron ? Nous avons posé la question à deux experts en image, Delphine de Canecaude, fondatrice de l’agence de communication Étoile Rouge, et Jamil Dakhlia, professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, auteur de Mythologie de la peopolisation (éd. Le Cavalier Bleu). Après avoir identifié ce qui faisait le style Brigitte Macron, ils nous aident à décrypter l’influence que cela peut avoir sur la perception que les électeurs ont du couple.

[La] touche rebelle ne marche pas à tous les coups. « Le côté rock avait été tenté par NKM, rappelle [Jamil Dakhlia], mais elle voulait signifier ainsi qu’elle descendait dans l’arène. Chez Brigitte Macron, on sent que ça n’est pas un look de circonstance. Elle a toujours été comme ça, c’est son côté anticonventionnel. Elle est en rupture par rapport à son milieu. » Un esprit libre et une apparence qui n’est pas sans rappeler Jane Fonda. « Il y a chez elle une ressemblance physique et un message similaire de dynamisme quel que soit son âge, analyse Jamil Dakhlia. Son bronzage évoque l’hédonisme. Elle dégage quelque chose de rayonnant et de battant. »

Delphine de Canecaude va même plus loin […] « Elle a toujours dans sa tenue une couleur vive ou un détail accrocheur – un zip, du cuir, des talons. Son corps reste très juvénile. Elle a un côté Voici, et c’est ce qui la rend populaire […] » Des paillettes qui effacent peu à peu l’image de prof de lettres qu’elle avait encore au début de la médiatisation de sa relation avec Emmanuel Macron.

Delphine de Canecaude le reconnaît également : « Ils sont libres et atypiques, or c’est ce qui vend politiquement. L’idée que tout est permis, tout est possible. […] Elle sourit tout le temps, elle donne de l’énergie, elle est positive, note-t-elle. À eux deux, ils disent "On est un couple bienveillant, ayez confiance en nous." »


***

Évidemment, le couple présidentiel trouve son intérêt dans la mise en scène que lui offre la presse généraliste et people. Pour preuve le contrat d’exclusivité photographique qu’il a signé pour ce qui ressemble à des photos volées sans en être. Ce qui, en image, est assez éloquent (voir ci-dessous).

Voyages, vacances, entretiens sur leur histoire d’amour « atypique », reportages en famille, la liste est longue des « une » et des articles qui épousent la stratégie de communication entretenue à dessein par Emmanuel et Brigitte Macron depuis des mois. Avec cette conséquence de donner de Brigitte Macron l’image d’une femme dévouée et toute apprêtée de haute couture pour seconder au mieux son époux. On serait en droit d’attendre d’un journalisme digne de ce nom qu’il décortique et interroge les ressorts liant le journalisme à la communication plutôt que d’entretenir le glissement de l’un à l’autre, tout en glosant sur des tenues à longueur d’antennes et de colonne, en faisant ainsi la part belle au sexisme et en entretenant les stéréotypes de genre.



Aurore K. et Pauline Perrenot (avec un collectif d’Acrimed)

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Zones (16 février 2012).

[2Voir également notre rubrique à ce sujet.

[3Comme il arrive que certains responsables politiques masculins le soient mais rarement de façon aussi systématique.

[4À l’instar de Libération, La Croix, du Point, du Parisien.

[5Expression provençale signifiant « fille vulgaire », « bimbo ».

[6On se délectera de nombreuses expressions comme «  Toujours prévenante, Brigitte… », « prévenante envers son mari », « juste place », « fine », « épauler son candidat de mari sans relâche », « l’élégante blonde aux yeux bleus, férue de tenues Louis Vuitton, a vécu aux premières loges chaque moment de l’ascension de son ancien élève », « Soucieux d’intégrer Brigitte dans le dispositif présidentiel, Emmanuel Macron a promis de... », « et ainsi lui offrir "un rôle" », etc.

[7L’une des deux, Delphine de Canecaude, est fondatrice de l’agence Étoile Rouge qui, de son propre aveu, « conseill[e] les grandes marques du luxe, de la mode et de la beauté, produi[t] des campagnes identitaires qui donnent l’envie d’avoir pour en être , cro[it] au STORYTELLING, au dialogue de L’ART ET DU COMMERCE. »

« Emballement » : des médiacrates argentins s’insurgent contre un hélicoptère en carton

Un « emballement » qui, on s’en doute, n’aurait aucun équivalent en France.

Lire : L’information à tout prix, de Julia Cagé, Nicolas Hervé et Marie-Laure Viaud

Avec internet, la fatale propagation du copié-collé au détriment de l’information originale ?

À la « Une » des Inrocks : sexe ou sexisme ?

L’hebdomadaire qui refuse les normes, mais pas trop.