Observatoire des media

ACRIMED

Le site d’Acrimed et les droits d’auteur

Arrêt sur pillages (1)

par Acrimed,

Comment respecter les droits d’auteur d’Acrimed, comment Acrimed repecte les droits d’auteur.

- Droits d’auteur et gratuité

Le site d’Acrimed fait l’objet de pillages de plus en plus fréquents : tant mieux. Mais n’oubliez pas de mentionner l’origine de vos larçins. Principe de précaution, question de traçabilité.

Etudiants, vous êtes de plus en plus nombreux, à nous écrire pour nous demander conseil. Bénévoles, nous avons rarement le temps de vous répondre. Mais vous pouvez faire vos emplettes sur le site et mentionner leur origine dans vos bibliographies : même avec toutes les réserves d’usage, ce sera du plus bel effet.

Journalistes professionnels, précaires ou pigistes, occasionnels ou intermittents, assis ou debout, mensualisés ou non, vous vous servez parfois sur nos rayonnages. Mais comme vous êtes soucieux de défendre vos droits d’auteur, nous sommes certains que vous n’hésiterez plus désormais à mentionner vos sources : ce sera diablement déontologique.

Journalistes occasionnels de la presse indépendante ou alternative, vous êtes ici chez vous. Mais faites connaître l’adresse : question de solidarité.

- Droits d’auteur ou amnésie ?

Une maladie endémique dévaste les médias : l’amnésie. ACRIMED se propose de contribuer à la lutte contre ce fléau.

Journalistes professionnels dont nous reproduisons les lignes écrites et les phrases prononcées pour les discuter,

Si vous préférez que vos propos sombrent dans l’oubli, il est inutile de nous intenter un procès sous prétexte de défendre la propriété intellectuelle :

nous nous engageons à retirer les pages "dérangeantes" sur simple demande à acrimed@wanadoo.fr(et à nous limiter à un compte-rendu illustré d’abondantes citations).

Acrimed

Lire également : Arrêt sur pillages (2) : Comment écrire un livre en pillant le site d’Acrimed et quelques autres

 
  • Enregistrer au format PDF

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.

Jeudi d’Acrimed : la « vie au poste » de Samuel Gontier, journaliste de canapé (15 décembre)

Retour sur huit années de gardes à vue télévisuelles.