Observatoire des media

ACRIMED

Andouillette, Coffe et carrefour-jardins.com : la grande arnaque !

Jean-Pierre Coffe : Consultant désintéressé auprès de médias ou représentant de commerce au service de Carrefour ?

Question posée par une tribune libre de Damien [*].

Jean Pierre Coffe, le défenseur de la veuve, de l’orphelin et de l’andouillette façon artisanale est … salarié de Carrefour !.
Le spécialiste du légume fraîcheur. Le dernier rempart de nos valeurs . Celui qui défend le petit contre le gros est … salarié de Carrefour !
Le pourfendeur de l’arnaque, celui qui dénonce tous les scandales, le pur, l’honnête. Bref, le grand inquisiteur est … salarié de Carrefour !

Ca vous paraît débile ? Alors allez jeter un coup d’œil à carrefour-jardins.com : Un super site Internet où Carrefour-Coffe vend des plantes en ligne.

Et oui, Jean Pierre Coffe, juge intègre le jour, est directeur de carrefour-jardins.com la nuit.
Son objectif ? laissons lui la parole : « La vente : nous essaierons de vous surprendre par l’originalité de nos propositions. Nous ne voulons pas vous vendre ce que vous pouvez trouver ailleurs … nous essaierons, grâce à nos relations parmi les pépiniéristes...de vous proposer -toujours en petite quantité - nos trouvailles … »

Ca vous paraît anodin, obscur ? Alors précipitez-vous sur son dernier bouquin (le guide Coffe des pépinières) où Coffe version jour (le juge pur et intègre de France Inter) fait une sorte de « guide gastronomique » des petites pépinières indépendantes.
Celle-ci elle est super. Celle-là elle est pas terrible. Et pis l’autre, là-bas, elle est franchement lamentable. On résume, bien sûr.

Et en ligne, sur carrefour-jardins.com, qu’est ce qu’il vend le Coffe version nuit ? Vous l’avez deviné : les mêmes plantes que ces petites pépinières. Avouez, ça fait désordre !
Bref, Coffe-Judas a vendu son âme au diable. Salarié du grand capital, il pourfendra désormais les PME qui risqueraient de freiner la formidable expansion du groupe Carrefour.
Et maintenant, quand Coffe hurlera au scandale parce que les moules sont pas fraîches, ça voudra peut-être dire que chez Carrefour, les moules, elles sont au top !
Quand il traînera dans la boue un p’tit artisan chocolatier, peut-être bien qu’il faudra en conclure que Carrefour a un gros stock de friandises à écouler.
Et quand il fera pleurer d’émotion la ménagère, ce sera peut-être bien le signe que Carrefour a besoin de bons et gras clients.

Décidément, il y a quelque chose de pourri dans la dénonciation de la mal-bouffe.
Après la vache folle et Carrefour, Coffe : l’effet bouf !

Damien

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[*Les articles présentés comme des tribunes n’engagent pas la responsabilité d’Acrimed.

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »