Observatoire des media

ACRIMED

Alain Finkielkraut, animateur de « Répliques » ou de « Récidive » ?

par Denis Souchon,

L’émission « Répliques », diffusée tous les samedis matins sur France Culture, vient de fêter ses trente ans. Si nous avons relevé à de nombreuses reprises le quadrillage médiatique permanent de cet imprécateur, pour saluer la longévité de son émission nous allons maintenant évoquer son casier médiatique et sa méthodique participation à la « construction de fantasmes sociaux » mortifères.

Un casier médiatique chargé

D’après le site de « Répliques », nous entendrions dans cette émission « des conversations qui prennent leur temps et qui problématisent le monde. Qui l’humanisent aussi ». La réalité est bien différente comme le montrent les trois exemples suivants.

1/ On entendit le 24 octobre 2015, au début de « Répliques », Alain Finkielkraut lire ceci :

À la suite de l’échange il y a quinze jours, sur « le sens de la République », Monsieur Smaïn Laacher a demandé et obtenu le droit de réponse suivant :
« Au cours de l’émission "Répliques" du 10 octobre 2015, Monsieur Georges Bensoussan m’a attribué la phrase suivante : "C’est une honte que de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère."
Cette prétendue citation n’est que la déformation outrancière de mes propos, mais aussi de ma pensée. Je n’ai évidemment jamais suggéré ni supposé que l’antisémitisme de certaines familles arabes s’expliquait par une cause biologique. Une telle thèse qui suggère l’idée d’un racisme naturel, est précisément aux antipodes de mes travaux de sociologue. Cette théorie est totalement éloignée de ce que je suis et de ma pensée. »

France Culture est-elle dans son rôle de radio du service public en diffusant les propos outranciers et mensongers de Georges Bensoussan dans l’émission d’Alain Finkielkraut ?

2/ On entendit le 24 février 2007, après la fin de « Répliques », une voix anonyme lire ceci :

Les propos de Jean Claude Milner, tenus dans l’émission Répliques du 13 janvier 2007, au sujet du livre Les héritiers, coécrit par Pierre Bourdieu en 1964, prétendant : « j’ai ma thèse sur ce que veut dire héritiers chez Bourdieu. Les héritiers c’est les juifs », et sur interpellation de Catherine Clément « Ah vous croyez ? », affirmant « Je crois que c’est un livre antisémite », sont gravement insultants à l’égard de Pierre Bourdieu.
L’animateur de cette émission, Alain Finkielkraut, revenait à trois reprises sur ces propos sans jamais en critiquer le fond : il suggérait d’abord de leur consacrer une émission, puis il estimait que l’on peut « élaborer » à partir de cette affirmation, et regrettait explicitement de n’en avoir pas le temps, encourageant implicitement Catherine Clément à le faire, ce dont elle allait se saisir : elle affirmait tout d’abord être sous le choc de ce qui pour elle avait agi comme une révélation, puisqu’elle affirmait ensuite comprendre ce propos dans sa conclusion. (...)

Après la profération des insultes de Jean-Claude Milner, il aura fallu attendre six semaines avant que France Culture mette en onde ce légitime droit de réponse de la famille de Pierre Bourdieu.

France Culture est-elle dans son rôle de radio du service public en diffusant les propos insultants de Jean-Claude Milner dans l’émission d’Alain Finkielkraut ?

3/ Dans « Insulteurs, diffamateurs, censeurs » Didier Eribon raconte :

En avril 1999, j’ai fait condamner Alain Finkielkraut pour diffamation à mon égard. (...) Cet animateur de radio du samedi matin – et point-de-vue-tiste multimédia tous les autres jours de la semaine – m’avait en effet grossièrement diffamé au cours de son émission (sur une chaîne de service public, faut-il le rappeler ?). En effet, après m’avoir présenté comme "un homosexuel avoué, et même un homosexuel militant" (sic ! Il a vraiment les structures mentales d’un psychiatre des années 1950), il avait raconté (...) que j’avais insulté en des termes orduriers (...) la rédactrice de la revue « Esprit » Irène Théry, lors d’une autre émission sur la même chaîne. (...)
J’avais évidemment demandé un droit de réponse à Finkielkraut, qui, tout aussi évidemment, me l’avait refusé, à plusieurs reprises (son émission s’appelle pourtant « Répliques », mais visiblement, le droit de « répliquer » n’est pas accordé à tout le monde).
Pour mettre un terme à la violence verbale à laquelle lui-même ou les invités de son émission se laissaient aller à mon encontre (...) j’ai demandé à mon avocat (...) d’engager des poursuites contre lui.
Toutes les personnes présentes le jour où la scène imaginaire était censée s’être déroulée sont venues témoigner que rien de tel ne s’était produit, que cette histoire relevait de l’invention pure et simple, et Finkielkraut a donc été condamné par le Tribunal correctionnel de Paris, dans un jugement aux attendus fort sévères à son égard, soulignant qu’il avait recours à des procédés « indignes d’un débat intellectuel de qualité ». (...)

France Culture est-elle dans son rôle de radio du service public en diffusant les propos diffamatoires d’Alain Finkielkraut ?

Propos outranciers, insultants, diffamatoires tenus dans « Répliques »... Nous sommes bien loin des « conversations-qui-humanisent-le-monde »... et des missions qu’est supposée remplir une radio de service public telle que France Culture.


La contribution d’Alain Finkielkraut et de « Répliques » à la « construction de fantasmes sociaux » mortifères

L’Islamisme et l’Islam en France, L’Islam en France, Face à l’islamisme, La France face aux communautés, L’islam et l’islamisme, Retour sur l’identité nationale, La France et la question de l’identité, Identité française et immigration...  : ce sont quelques-uns des sujets qui ont fait l’objet de conversations(-qui-humanisent-le-monde) dans « Répliques » depuis 30 ans.

Nul ne sera surpris d’apprendre que le thème de « Répliques » le 31 octobre 2015 était L’Islam et l’Occident. En attendant La France face à l’islamisme ?

Pour montrer la contribution du matraquage de Finkielkraut à « l’hystérisation de la scène intellectuelle » et pour fêter les 30 ans de « Répliques » nous offrons les 30 bougies du gâteau d’anniversaire avec ces 30 vignettes.




***



Que restera-t-il de « Répliques » et d’Alain Finkielkraut quand cette émission aura disparu (dans 30 ans ?) ?

Quelques traces dans les archives de l’INA... et pour comprendre ce que Finkielkraut et « Répliques » signifiaient entre 1985 et 2015 on pourra se reporter à l’analyse suivante :

Qui parle [dans les médias] ? Ce sont des sous-philosophes qui ont pour toute compétence de vagues lectures de vagues textes, des gens comme Alain Finkielkraut. J’appelle ça les pauvres Blancs de la culture. Ce sont des demi-savants pas très cultivés qui se font les défenseurs d’une culture qu’ils n’ont pas, pour marquer la différence d’avec ceux qui l’ont encore moins qu’eux. Ces gens-là s’approprient l’espace public et en chassent ceux qui ont des choses à dire. [...] Actuellement, un des grands obstacles à la connaissance du monde social, ce sont eux. Ils participent à la construction de fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa propre vérité. [1]



Denis Souchon

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Pierre Bourdieu, « Les intellectuels ont mal à l’Europe », entretien avec Michel Audémat, L’Hebdo, 14 novembre 1991, repris dans Interventions 1961-2001, Agone, 2002, p. 233.

Jeudi d’Acrimed : mobilisations contre la Loi Travail, le retour des chiens de garde

Le 29 septembre 2016 à Paris, avec Sophie Binet (CGT) et Frédéric Lemaire (Acrimed).

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.