Observatoire des media

ACRIMED

Acrimed : interruption de service samedi 9 mars

par Webmaster,

Le site d’Acrimed sera indisponible une bonne partie du samedi 9 mars et, si tout se passe bien, reviendra sur vos écrans dès le dimanche.

Samedi 9 mars, Acrimed déménage. Le serveur internet d’Acrimed quitte le datacenter parisien du boulevard Voltaire Téléhouse-2.
Il va s’installer chez Liazo, dans le centre de Paris. Ce qui prend une bonne journée de travail à notre hébergeur, Globenet.

Globenet se présente comme une « une association militante, au service de la liberté d’expression ». C’était une première raison, pour Acrimed de choisir cette association pour diffuser notre site internet et de louer un serveur à Globenet. Cela fait maintenant plus de quatre ans, et nous avons toutes les raisons d’en être satisfaits : le serveur fonctionne bien, la qualité de service est au rendez-vous et le soutien technique des membres de Globenet est solide.

Globenet est un opérateur internet dont l’activité a débuté en 1995. Un opérateur né au milieu des luttes internationales d’émancipation pour explorer les premiers usages des communications électroniques par les militants. Il fut le premier opérateur d’accès gratuit à internet avec No-Log, et participa au lancement de Gitoyen, opérateur de télécommunications indépendant. Vous trouverez quelques détails de son aventure sur son site internet.

Aujourd’hui Globenet modifie son infrastructure technique. Il déménage ses équipements d’un datacenter très industriel vers celui que vient d’ouvrir la société Liazo : Paris-Bourse. Ce déménagement permettra à Globenet de réduire ses coûts et de se rapprocher de cet opérateur Liazo avec qui se sont déjà nouées des relations techniques et amicales.

 
  • Enregistrer au format PDF

Mathieu Gallet condamné à un an de prison avec sursis : mais que fait le « comité d’éthique » de Radio France ?

Un « comité d’éthique » discrédité peut-il défendre un président discrédité ? Et réciproquement ?

Violences faites aux femmes : le festival des éditocrates réactionnaires

« On ne peut plus rien dire » mais on le dit quand même, et on le dit partout.

La presse vidéoludique, entre pôle commercial et pôle alternatif (vidéo d’un Jeudi d’Acrimed)

Avec Ivan Gaudé, co-fondateur du journal Canard PC et Thomas Cusseau, rédacteur en chef du journal en ligne Gamekult.