Observatoire des media

ACRIMED

À la « une » de Corse-Matin, un même pas fait divers, mais avec DSK

par Henri Maler, William Salama,

Produit d’appel efficace, la « une » de Corse-Matin du 30 août 2012 annonce l’événement du jour : « Les vacances chahutées de DSK ». Mais, à la lecture de l’article, on ne peut que crier à la publicité mensongère… sur du presque rien.

Quand le lecteur, en transe, atteint la page 3, un nouveau titre prometteur l’attend : «  Baignade pas si paisible pour DSK  ». « Vacances chahutées  » ou « baignade pas si paisible  » ? Toute la nuance et l’atténuation sont dans le « si », comme le confirme la suite.

Mais patience ! L’introduction, lénifiante à souhait, commence par une question de haute volée et un tantinet dramatique : « Est-il désormais possible d’avoir une vie “normale” – pour employer un terme à la mode – lorsqu’on s’appelle Dominique Strauss-Kahn ? Poser la question, c’est sans doute y répondre  »…

… Ce qui n’empêche pas d’y répondre quand même par cette considération haletante : Dominique Strauss-Kahn « trimballe autour de lui une traînée de soufre qui semble coller même à ses tongs estivales (…) La “saga” de l’ancien présidentiable est toujours orientée dans le même sens. Et même si la justice ne l’a condamné à rien, la vox populi a anticipé le jugement depuis longtemps  ». Faut-il approuver ou déplorer ce que la très latine « vox populi », convoquée à tout hasard, « anticipe », avec le soutien d’une certaine « vox médiatique » ? On ne sait. Convoquée par hasard, vraiment ? Convoquée comme caution médiatique, plus certainement.

En tout cas, en Corse, « non peopolisation  » et « discrétion légendaire  » sont garanties. C’est écrit en toutes lettres. Et c’est pour ça que le maire, corse, de Sarcelles se serait laissé prendre. À quoi ? Patience : « C’est sans doute en comptant sur la non peopolisation de la vie insulaire et, peut-être en surestimant la légendaire discrétion de ses compatriotes (sic) que le maire de Sarcelles, François Puponni, avait offert à son ami de toujours [DSK] de venir passer quelques jours de détente à Sainte-Lucie de Tallano. » Oui, mais… « Mais le village, au mois d’août, est tout sauf désert. Personne ne pouvait ignorer que DSK y résidait. »

Le moment est venu pour l’auteure de l’article, après quelques paragraphes de remplissage, de confirmer la « non peopolisation » et la « discrétion légendaire  » … d’une certaine presse insulaire et de nous faire pénétrer au cœur de l’intrigue.

Au cœur de l’intrigue ? Pas encore. Un nouvelle phrase est destinée à ménager le suspense : « Et de fait, le séjour s’est plutôt déroulé de manière calme ». Et alors ? « Jusqu’au moment où le groupe d’amis parmi lesquels se trouve DSK décide d’aller à la rivière. Et alors ? « Plusieurs personnes se trouvent déjà sur place. Et le groupe traverse un terrain privé pour accéder aux « piscines » d’eau limpide. C’est là que Xavier de Giacomoni, grand reporter à LCI, en vacances dans son village d’origine, s’aperçoit que l’ancien président du FMI vient de passer sur les terrains qui appartenaient autrefois à son grand-père. »

Est-ce donc une sacrilège violation de propriété privée qui explique le titre de la « une » ? Que nenni. Seulement l’émotion d’un « grand reporter » de LCI dont le témoignage a été pieusement recueilli et qui déclare : « Cela m’a retourné. J’ai dit aux personnes qui accompagnaient Dominique Strauss-Kahn que j’étais révolté qu’un violeur récidiviste vienne sur cette propriété (…) Je reste sur mes positions, je n’ai rien contre Dominique Strauss-Kahn a priori, mais c’était un coup de colère. Je me bats pour des valeurs qui n’ont pas de frontière et les abus contre les plus faibles me révoltent ».

Que s’est-il donc passé ? Rien ou presque : « Une discussion s’engage (à laquelle – précise notre journaliste – DSK ne participe pas) ». À la différence de François Puponni, que de Giacomoni « connaît depuis toujours » et auquel il aurait déclaré « que les propriétaires avaient donné l’autorisation de passage. Et que pour sa part il restait fidèle en amitié… »

Et c’est tout : « L’histoire en est restée là. Le journaliste reconnaît bien volontiers que le terrain ne lui appartient pas et que la justice n’a pas condamné Dominique Strauss-Kahn. Aucune altercation physique ni même verbale n’a eu lieu entre les deux hommes. Quant à François Puponni, il a refusé de s’exprimer sur ce qu’il considère comme un “non événement” ».

La conclusion s’impose d’elle-même, comme la morale d’une fable : « La conclusion est sans doute qu’il n’est pas envisageable de passer des vacances totalement “normales” quand on a été sous les feux des projecteurs médiatiques.  » Et que Corse-Matin veille à ne pas éteindre les projecteurs…

… Avec cette justification : « Cela n’a pas empêché la rumeur de se déformer, de s’amplifier et de voguer jusqu’à Ajaccio tellement enflée qu’elle arrivait au bord de l’éclatement. ». Grâce à Corse-Matin, sa « une » tonitruante et sa journaliste d’investigation, la rumeur s’est transformée en information !

Henri Maler et William Salama

N. B. : Rappelons que Corse-Matin, cousin de Nice-Matin et de Var-Matin (tous trois propriétés du groupe Hersant), est l’unique quotidien régional de l’île.

 
  • Enregistrer au format PDF

Regards croisés sur la situation des médias en Algérie et en Égypte (vidéos d’un Jeudi d’Acrimed)

Avec Hacen Ouali (El Watan) et Julien Salingue (Acrimed).

Présidentielle 2017 : l’appel citoyen et commercial de Laurent Joffrin

Un dépliant publicitaire de Libération envoyé par la Poste aux « citoyens lecteurs ».