Observatoire des media

ACRIMED

Les retraites, la sécu

... Silence ! On réforme (bis)

Articles

La restructuration néolibérale du régime des retraites et de la sécurité sociale en cours depuis au moins deux décennies n’a guère rencontré les grands médias commerciaux pour obstacle. Bien au contraire : non seulement ces derniers n’ont pas joué un rôle de rempart face à la casse de l’Etat social, mais ils l’ont souvent appuyée avec zèle en sermonnant un prétendu « passéisme » ou en dénonçant d’illusoires privilèges. De Balladur (1993) à Bertrand (2007) en passant par Fillon (2003), les « réformes » rétrogrades du régime des retraites aux dépens du système par répartition ont été conduites en toute quiétude médiatique. Au mieux, le rôle des médias dominants a été celui d’un accompagnement passif et bienveillant, collant sans distance aux « problèmes » (et donc aux « solutions ») formulés par les gouvernants. Lesquels, on s’en doute, sont généralement défavorables au plus grand nombre : travailler plus longtemps, cotiser davantage, abaisser les rémunérations… Loin de jouer un rôle de contre-pouvoir, le discours médiatique a ainsi contribué à reléguer à l’arrière-plan la question du partage des « richesses » et à réduire l’espace du pensable et du possible en la matière. La pluralité des points de vue et des propositions ? Réduite à quelques « tribunes libres ». Or, que signifie sur de tels sujets la liberté de l’information sans pluralisme de l’information ? Qu’est-ce qui la distingue de la propagande ?