Observatoire des media

ACRIMED

archivesARCHIVES

Jean-Pierre Elkabbach

Articles

Né le 29 septembre 1937 à Oran, Jean-Pierre Elkabbach fait ses études à l’Institut français de presse, à la Faculté des lettres de l’Université de Paris et à l’Institut d’études politiques de Paris. D’abord journaliste en Algérie, il travaille à partir de 1961 à l’Office de radiodiffusion télévision française (ORTF). Entré à France-Inter en 1961, présentateur du journal d’Antenne 2 de 1970 à 1972, rédacteur en chef de France-Inter en 1975 (avant de prendre la direction de la rédaction de la Maison de la radio l’année suivante), avant de revenir à Antenne 2 en 1977. Commentateur en 1977 du couronnement de Bokassa, dictateur de Centrafrique, il évince Claude Sérillon d’Antenne 2 en 1979 pour avoir évoqué l’affaire des diamants offerts par Bokassa à Valéry Giscard d’Estaing.Jugé proche de l’ancienne majorité, il est évincé de l’antenne suite à l’élection de François Mitterrand et rejoint Europe 1 en 1982. En plus d’être présentateur de divers émissions, il ne cesse depuis 1975 d’occuper des postes à responsabilité dans les différentes chaînes où il travaille (rédacteur en chef, directeur de l’information, directeur d’antenne). Le 9 novembre 1990, il devient conseiller auprès du président et du directeur général de La Cinq, Yves Sabouret. De 1991 à 1993, il est animateur sur cette chaîne, puis sur France 3. En décembre 1993, il est élu président de France 2 et France 3 devenues France Télévisions. Contraint de partir en 1996 à la suite de la polémique sur les contrats qu’il a consentis à certains animateurs-producteurs, il revient à Europe 1 où il anime encore aujourd’hui l’émission « L’invité du matin ». A partir de 1990, il occupe plusieurs hautes fonctions au sein de la branche « médias » du groupe Lagardère et à Europe 1, dont il est nommé président en 2005 par Arnaud Lagardère. Après l’annonce erronée de la mort de Pascal Sevran le 21 avril 2008 sur l’antenne, il doit s’expliquer devant le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Le 3 juin suivant, il quitte la présidence d’Europe 1, mais est nommé à la tête de Lagardère News, une structure rassemblant les médias d’information du groupe. De décembre 1999 à avril 2009, il est aussi président de Public Sénat, où il anime « La Bibliothèque Médicis », une émission littéraire. Le 12 mai 2009, l’ancien président français Jacques Chirac l’a fait officier de la Légion d’honneur.

Source principale : Wikipedia – Dernière actualisation : Juin 2009.]